LA GRANDE SOPHIE ET DELPHINE DE VIGAN :

l’une et l’autre au diapason


LuLa2col-web___Bastien_Burger_-300

Après avoir promené leur spectacle à deux voix de Paris jusqu’à Montréal, La Grande Sophie et Delphine de Vigan ont posé leurs valises au prestigieux théâtre du Rond-Point, le 9 octobre dernier. Nous ne pouvions manquer cela !

LGS 3IMG_8128

Rappelons qu’à l’origine de ce spectacle, il y eut d’abord la rencontre de deux femmes de passion,  artistes de profession, qui n’avaient aucune raison de se croiser, évoluant dans des univers apparemment éloignés…

LGS 4

L’une est un écrivain à succès, ayant publié 7 romans, dont « No et moi » adapté au cinéma par Zabou Breitman, « Les heures souterraines » et « Rien ne s’oppose à la nuit » (2011), récompensé du prix du roman Fnac, du Renaudot des lycéens, et du Grand Prix des lectrices de Elle, écoulé à plus de 600.000 exemplaires. Plus récemment, elle signait « D’après une histoire vraie » (2015), prix Renaudot et Goncourt des lycéens, adapté au cinéma par Roman Polanski (le film est sorti le 1er novembre, avec Emmanuelle Seigner et Eva Green). Le tout, traduit en une trentaine de langues. Excusez du peu…

L’autre est un chanteuse ultra-respectée, ayant publié 7 albums, multi-récompensée aux Victoires de la musique et autre prix de l’Académie Charles Cros, tous émaillés de tubes aux mélodies populaires et élégantes à la fois… A tel point, que Françoise Hardy, Calogero ou Sylvie Vartan ont eu envie de faire appel à ses services d’auteure-compositrice délicate et talentueuse.

Bref, chacune sa route, chacune son chemin, comme dit la chanson.

LGS 2

LGS 6

Pourtant, à y regarder de plus près, la blonde Delphine et la brune Sophie, l’une droitière, l’autre gauchère, avaient tout pour se connaitre et se reconnaitre tant les livres de l’une et les disques de l’autre, par les thèmes abordés avec toujours infiniment de pudeur et d’élégance, se répondent, se correspondent même, dans un accord parfait : le malaise de l’enfance, la difficulté d’aimer, la mélancolie, le temps qui passe, l’attente d’un ailleurs…

LGS 7

Il s’en est fallu de peu donc, en l’occurrence l’envie de l’une, et l’enthousiasme immédiat de l’autre, pour que la rencontre ait lieu, que l’aventure commence et que la magie grandisse au fil des répétitions minutieuses, et des spectacles donnés dans des salles à géométrie variables, de la coquette Maison de la Poésie à Paris, à la plus imposante Philharmonie.

LGS 15

LGS 16

Au programme de cette lecture musicale d’à peine plus d’une heure, un délicat patchwork de lectures issues des ouvrages de Delphine, jonchant le sol dans une mise en scène minimaliste d’Eric Soyer, joliment tissées aux chansons de Sophie (« On savait », « Ringo Starr », « Ne m’oublie pas », « Je n’ai rien vu venir », « Quelqu’un d’autre »…). Le tout dans un étonnant et justement équilibré mouvement de balancier, ne faisant qu’accentuer le jeu de miroirs qui existe entre les deux univers.Tout juste ont-elles pris plaisir à inaugurer de nouvelles créations pour donner encore plus de saveur et de cohérence à un spectacle au format inédit.

Plus complices que jamais au fil des représentations, l’une s’est même risquée à l’exercice périlleux de la chanson, tandis que l’autre a du s’essayer sans filet à celui si rigoureux du récit. Et de se retrouver toutes les deux au final sur un très sombre « Osez Joséphine », en hommage à Alain Bashung, référence absolue pour nos deux équilibristes d’un soir, ovationnées par un public véritablement tombé sous le charme.

LGS 14

Gage d’un vrai succès public et critique, elles étaient nombreuses les personnalités du monde des medias et du spectacle à ovationner ces soeurs jumelles d’un soir : Dani, Benabar, Emmanuelle et Marie-Amélie Seigner, Valérie Bonneton, Jil Caplan, le metteur en scène Philippe Calvario, la critique littéraire Olivia de Lamberterie, Christine Delaroche, sans oublier François Busnel, compagnon de l’une à la ville…

Eric Chemouny

_

crédits photos : studio : Bastien Burger (D.R) / photos prises sur la scène théatre du Rond Point des Champs Elysées le 9 octobre 2017 : Grégory Guyot (D.R / JSM)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s