LOUIS CHEDID :

le coup de chapeau à HENRI SALVADOR !


Henri Salvador est musique.
Henri Salvador, photo inédite extraite de la collection personnelle de Catherine Salvador.

Disparu le 13 février 2008, Henri Gabriel Salvador, né à Cayenne en Guyane en 1917, aurait eu 100 ans cette année !

Pour l’occasion, Louis Chédid a réuni toute une troupe d’amis (et enfants) chanteurs, pour réaliser un album de 13 reprises des chansons de l’immense auteur-compositeur qu’était l’homme au panama blanc. Alors certes, l’exercice de l’album collectif hommage a été archi vu et revu ces derniers temps, de Delpech à Barbara, en passant par Souchon et prochainement Johnny, et les maisons de disques n’ont sans doute pas fini de recycler le concept, pour tenter de doper un marché physique en berne. Pour autant, ce « tribute » comme on dit,  mérite qu’on s’y attarde à plus d’un titre.

AHS

D’abord parce qu’il est l’occasion pour les néophytes, de mesurer combien le répertoire de « Monsieur Henri », était protéiforme, immensément varié et inclassable, du Jazz, au Rythm’n’Blues, en passant par la Bossa Nova, la grande variété, les comptines pour enfants ou la chanson fantaisiste qu’il travaillait avec le même sérieux, sous ses airs nonchalants et son grand rire en cascades, si communicatif et encore dans toutes les mémoires. Le tout merveilleusement bien emballé dans une voix de velours qu’il a conservée jusqu’au bout. Ce n’est pas pour rien que les Brésiliens, qui en connaissent un rayon question musique, l’ont immédiatement adopté comme un des leurs…

HS10
Idir, Louis Chedid, François Morel

Plus en phase avec son temps que quiconque, l’artiste a aussi très vite compris l’incroyable pouvoir de la télévision en proposant des shows TV « à l’américaine », d’une impeccable rigueur, ambitieux et distrayants à la fois. Henri le showman était tout cela à la fois, même si les plus jeunes d’entre nous ne connaissent que son dernier succès discographique, l’album du retour inespéré écoulé à un million d’exemplaire : le légendaire « Chambre avec vue », concocté avec respect et talent par le tandem Keren Ann/ Benjamin Biolay pour l’éternel jeune homme de 83 ans qu’il était alors.

HS9
Catherine Salvador & Louis Chedid

Pour être à la hauteur du projet autour de ce grand monsieur, il fallait un grand chef d’orchestre : ce n’est sans doute pas pour rien que Catherine Salvador, dernière épouse du chanteur, a fait appel à l’ami Louis.

S’il a eu l’occasion de croiser Henri dans les années 70 sur le disque « Emilie Jolie » piloté par Philippe Chatel, celui que la romancière et poétesse, Andrée Chédid, berçait sur les paroles d’« Une chanson douce », est de ceux qui, dans leur démarche artistique,  s’inscrivent le mieux dans la descendance de l’artiste. En atteste un répertoire impeccable, toujours empreint de douceur, de rythme, de profondeur et de fantaisie.

HS5
Nach & son père, Louis Chedid

S’il a mis entre parenthèses la production de disques personnels, la qualité du premier volume du « Soldat Rose », ou son spectacle/album à quatre voix avec ses enfants Ana, Joseph et Matthieu, tous artistes, en sont encore d’autres récentes preuves.

« J’ai toujours aimé ses chansons et aussi la largeur de son spectre musical, déclare-t-il. Il fut l’un des premiers à enregistrer ses disques chez lui et parfois à les fabriquer entièrement seul. Un lien de plus entre nous. J’ai eu la chance d’assister à l’un de ses derniers concerts à Pleyel, et de dîner à ses côtés ensuite. Ce jeune octogénaire me parlait de ses projets futurs avec la passion et les inquiétudes d’un débutant. Alors quand sa femme Catherine m’a proposé de réaliser le premier disque hommage qui lui est consacré, je n’ai pas réfléchi bien longtemps avant de lui dire oui. C’était comme prendre rendez-vous avec cet homme qui fait tellement partie de ma vie ».

HS12
M & Thomas Dutronc

Mais un disque hommage doit surtout sa réussite à son casting et c’est souvent là que le bât blesse. Et ici, rien n’a été fait au hasard. Pas de calcul marketing, ou d’arrangements de maisons de disque. A commencer par Ana Chédid et M, les enfants de Louis, dont l’univers est désormais indissociable de celui de leur papa, et parfaitement en symbiose avec le projet. Si Calogero, dont la richesse mélodique impose la présence, ouvre l’album sur un superbe « Syracuse », la plupart des autres participants ont aussi de solides raisons d’y figurer.

HS1
Benabar

Ensuite vient Bénabar qui reprend « C’est pas la joie ». « Henri Salvador est un ami et un mentor car il m’a beaucoup aidé au début de ma carrière, notamment en me prenant en première partie et en me soutenant humainement. C’est quelqu’un que j’admire comme musicien et comme chanteur, et que je respecte et que j’aime en tant qu’homme ». Thomas Dutronc également s’appropriant majestueusement « Le loup, la biche et le chevalier (une chanson douce) » : « J’ai eu la chance de collaborer avec Henri sur l’album « Chambre avec vue ». Il chante sur un de mes textes. On partageait vraiment un amour de la guitare et du jazz, je me sens comme son petit frère avec la musique que j’essaie de faire. C’était un vrai chanteur, musicien, acteur. La première fois que je l’ai vu à l’Olympia, j’ai pleuré de rire, je n’avais pas ri comme ça depuis très longtemps ».

HS6
Helena Noguerra
HS2
François Morel

François Morel (« Moi, j’prends mon temps »), Shirley et Dino (« Tout ça, c’est pas grave ») ou Robert Charlebois (« Clopin clopant ») sont également des trouvailles aussi inattendues que bienvenues, tant leur humour et leur sens de la dérision sont raccords avec l’univers de l’artiste. Enfin, Helena Noguerra, ambassadrice de la Bossa Nova en France, notre « girl from Panama » apporte de sa voix suave une touche de sensualité sur « Maladie d’amour » («C’est un chanteur qui m’a accompagnée une bonne partie de ma vie »), tandis que la grande Véronique Sanson, plutôt rare sur ce genre de projet, pose son légendaire vibrato et toute sa sensibilité sur « Tant de temps ».

HS4
Véronique Sanson

« On connait Henri pour son côté drôle, mais il a des chansons dont les gens n’ont pas idée : belles, tendres, et bien écrites. Je suis donc très fière de chanter la chanson « Tant de temps ». Elle évoque quelque chose que je connais bien, ça me donne des frissons de la chanter ». Pour être complet, on pourrait encore citer, le sensible Idir (« Les amours qu’on délaisse »)  ou MB14 (« Le lion est mort ce soir »), plus que parfaits dans la partition qui leur confiée.

HS3
Idir
HS11
Catherine Salvador & MB14

Las but not least, Louis Chédid lui même achève de faire de disque une totale réussite en s’appropriant respectueusement son dernier tube, le standard « Jardin d’hiver ». Chapeau bas !

Eric Chemouny

_

crédit photos : photo inédite de Henri Salvador appartenant à la collection personnelle de Catherine Salvdador (D.R) / photos de l’enregistrement de l’album : Bruno Tocaben (D.R / Smart / Sony Music)

JSM remercie très chaleureusement Catherine Salvador, ainsi que Véronique Séard pour cette photo intime et inédite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s