JE SUIS MUSIQUE #32 Jane Birkin

JE SUIS MUSIQUE #32

numéro 32 . Jane Birkin . 09.01.21.

crédit photo de la couverture : Jane Birkin par Delphine Ghosarossian (DR ) // Artwork cover : Gregory Guyot (D.R. / @I_am_Gregg / JSM)

JE SUIS MUSIQUE #32

au sommaire :

Pour accéder aux articles, cliquez simplement dessus…

JANE BIRKIN : la renaissance , l’interview

LOU DOILLON : l’interview 100% Cinéma

GAËTAN ROUSSEL : l’interview 100% Musique

FRANCOISE HARDY de A à Z

DOMINIQUE A : l’interview  » à livre ouvert »

ROSE : l’interview « Déshabillez-moi »

BEN MAZUE : le Questionnaire de Proust

JOEL SAGET : L’oeil de l’AFP, l’interview

JOEL SAGET expose dans la Galerie JSM

BAPTISTE VENTADOUR : l’interview « Premières fois »

CHANTAL GOYA : l’interview « Comme un garçon »

JOHNNY HALLYDAY & SYLVIE VARTAN, un parfum d’idéal

La Télévision célèbre LA FÊTE DE LA CHANSON FRANCAISE sur France 2

DISCO STORY Les hommages, partie 1 : les incontournables

DISCO STORY Les hommages, partie 2 : paroles et musiques


JE SUIS MUSIQUE #32

Chère lectrice, cher lecteur,

Pour commencer, nous vous souhaitons une bien meilleure année à chacun d’entre vous !

2020 aura été une année chaotique pour le monde en général, et pour la culture en particulier. Nous préfèrerons retenir au fil des 8 numéros de JE SUIS MUSIQUE qui ont jalonné cette année si particulière quelques moments lumineux. Du « Grand Prix » de Benjamin Biolay à « N’attendons pas » de Vianney, de « Toï Toï » de Suzane, au tribute parfait d’Emmanuelle Béart dédié à son père Guy, ces beaux albums nous auront un peu consolé de l’absence douloureuse de lives, de concerts, de festivals, de ce lien social si vital et de ces rencontres.

2021, si attendue, si espérée, après des mois de résilience, sera forcément l’année du renouveau et de la renaissance, à l’instar de celle de l’immense artiste qui nous fait l’honneur de commencer 2021 avec nous : Jane Birkin. L’icône absolue, dont la simple évocation du nom ramène à la surface nos souvenirs de toujours, la légende vivante à l’élégance naturelle et à la popularité intacte, nous a accordé une interview exceptionnelle pour accompagner la sortie de son nouvel album, « Oh! Pardon tu dormais… ». Plus que jamais, cet album important à plus d’un titre, cristallise pour la star une forme de renaissance artistique, après des moments plus difficiles et des blessures intimes encore présentes. Elle nous a raconté ses orages et ses peines mais aussi sa joie de retrouver l’ami Etienne Daho, et le chemin vers la lumière et l’embellie. Au fil des mots, Jane Birkin n’a rien perdu de sa grâce innée et de son aura si unique qui forcent tous les respects.

Cet espoir de retour à la vie est le fil conducteur du sommaire de ce tout premier numéro de l’année, avec des idoles de toujours comme des nouveaux venus, attendant eux aussi l’éclaircie promise. De Chantal Goya, comme vous ne l’avez jamais lue, à Baptiste Ventadour, révélation de la scène française, toutes les générations sont ici réunies dans une même espérance de jours meilleurs. Tous les artistes rencontrés pour vous incarnent, à leur façon, une forme de renaissance, de Dominique A. avec le sublime album « Jours étranges » conçu en plein confinement, à Gaëtan Roussel de retour en solo, de Rose dont le doublé « Kérosène » raconte sa sortie de l’enfer des addictions, à Lou Doillon désormais artiste indé plus libre que jamais, ou encore Ben Mazué qui, après un parcours remarquable, nous livre « Paradis », album intime de la séparation réussie et de la plénitude. Tous se révèlent comme au premier jour et nous font la promesse d’une belle année à venir.

Notre panorama du mois ne serait pas complet sans la Galerie JSM qui expose l’un des plus grands photographes de l’AFP, Joël Saget, avec ses portraits contrastés si intenses, sans notre Disco Story consacrée aux albums Hommages, ou sans avoir évoqué, côté livres, le couple iconique Johnny et Sylvie. Enfin, notre portrait de A à Z est consacré ce mois-ci à une autre icône absolue : l’immense et intemporelle Françoise Hardy, qui boucle le sommaire de ce 32ème numéro.

Voilà autant de bonnes raisons pour aborder 2021, non seulement comme une nouvelle année, mais fort probablement comme une année nouvelle. Et cette embellie si espérée, c’est tout ce que l’on se souhaite à tous.

Encore bonne année, bonne lecture. Et plus que jamais, merci de nous rester fidèles.

Eric & Gregg.

_

Eric et Gregg, co-fondateurs, de JE SUIS MUSIQUE, remercient infiniment tous les artistes et tous ceux qui travaillent avec eux et qui continuent, malgré ce contexte toujours difficile, de porter le flambeau de la musique. Merci à tous les collaborateurs de ce numéro et à vous, chers lecteurs et chères lectrices.

Un immense et chaleureux merci tout particulier à Delphine Ghosarossian.


JE SUIS MUSIQUE

Découvrez tous les numéros en cliquant sur les liens :

Et retrouvez facilement tous nos articles, tous les artistes JSM en cliquant sur MENU JSM INTEGRAL de A à Z



Aucune autre utilisation n’est permise. Ainsi, aucune publication ne pourra être faite sur des comptes tiers, ni sur d’autres sites web ou autres support de quelque nature, ni sur une nouvelle publication sur le même site. Aucune altération de l’image ni détournement de son contexte ne sont autorisés. Aucun transfert de cette autorisation à un tiers n’est possible, et la photo ne peut pas être utilisée à des fins professionnelles, commerciales ou promotionnelles, ni à des fins de propagande politique ou autre.

L’interview

« Comme un garçon »

de CHANTAL GOYA

Pour plusieurs générations d’entre nous, Chantal Goya est une icône absolue, une amie imaginaire en robe de princesse, ayant bercé notre enfance au rythme de ses spectacles féériques et de ses personnages tout droit sortis de contes de fées… Alors qu’elle reprend son spectacle « Le soulier qui vole », les 6 et 7 février 2021 au Palais des Congrès de Paris, pour la nouvelle vague de tout-petits (et leurs fans de parents…), nous avons vu en l’ex-héroïne de Godard dans « Masculin féminin », l’artiste idéale pour répondre à notre interview « Comme un garçon ». Contre toute attente, elle a relevé le défi de se glisser dans la peau d’un garçon avec d’autant plus de plaisir et d’amusement, que la chanson ayant inspiré cette rubrique a été composée pour Sylvie Vartan par son cher et tendre, Jean-Jacques Debout… Nous l’avons rencontrée et ses réponses inattendues, sont à l’image de la grande artiste qu’elle est, pleines de fraicheur, de générosité, et irréversiblement rattachées au monde de l’enfance qui est son royaume depuis toujours…

Poursuivre la lecture de «  »