L’interview

« Comme un garçon » 

de CARMEN MARIA VEGA

Pour toute une génération de jeunes artistes soucieuses d’échapper à toute classification binaire, Carmen Maria Véga est un modèle et une référence absolue, notamment pour avoir été une des premières à bousculer les lignes du genre dans la jeune chanson française au féminin. Toujours aussi avide de nouvelles expériences, la troublante actrice-chanteuse dont on se rappelle qu’elle fut une « Mistinguett » chic et choc, fourmille de projets tous azimuts. Alors que, auréolée d’un succès mérité, son spectacle « Fais-moi mal Boris Vian » se poursuivra avec un nouvelle date parisienne et une tournée en 2023, et que « Mortel amour » (en duo avec Charly Voodoo) se jouera à l’étage du Gibus à Paris ce 3 décembre, la volcanique Carmen s’envolera aussi pour Taïwan en février pour rejoindre le casting de la comédie musicale « Roméo et Juliette », avant de partir en tournée australienne en juin, avec le groupe Paris Combo. Histoire de fêter tous ces réjouissants événements à son actif, elle s’est amusée pour nous à se glisser dans la peau d’un garçon, avec une audace intacte et une malice réjouissante…  

– Étais-tu « Garçon manqué » (La Maison Tellier) dans ton enfance ? 

Oui et non. Cheveux rasés, baggy. treillis. Peut-être que j’étais tout simplement déjà malabar bi goût, mais que je l’ignorais encore…   

–  Jouais-tu plutôt à « Toi le Cowboy, moi l’indien » (Zazie) ou « Barbie, tu pleures » (Lio) ? 

Les deux Jean-Pierre, les deux.  

– T’arrive-t-il de te dire «Si j’étais un homme… » (Diane Tell) dans ton métier de chanteuse ? Dans quelles circonstances ? 

Non. J’aime être une femme. Il y a plusieurs femmes en moi et elles s’aiment beaucoup. (cependant, j’adore cette chanson).  

– Si tu étais un homme justement, quel chanteur français serait ton modèle ? 

Daniel Balavoine pour son engagement. Sa tessiture vocale incroyable. Sa virtuosité d’auteur-compositeur.   

– Quel chanteur international ? 

Freddie Mercury sans hésiter. Il est mon premier souvenir musical et coup de foudre vocal. J’avais 6 ou 7 ans, je découvre un remix de « Living on My Own », le clip original et la communauté gay, qui allait devenir une bonne partie de ma vie. J’étais déjà fille à PD sans le savoir. Il n’y a pas de hasard. 

– Ferais-tu un style de musique différent ? 

Non, car je change de style d’un album, d’un projet à l’autre. Je déteste l’immobilisme. Le confort. Les communautés qui ne se rencontrent pas. Le clivage m’agace fortement. 

– Dans les 60’s, aurais-tu été davantage séduite par la sexy Sylvie (comme Johnny), ou la cérébrale Françoise (comme Jacques) ?  

Sylvie car elle n’était pas que sexy. C’était et c’est toujours quelqu’un de très intelligent, ce qui la rend encore plus sexy. L’intelligence m’excite.  

– Avec quelle chanteuse aimerais-tu enregistrer un duo d’amour sulfureux comme «Je t’aime moi non plus » (Gainsbourg / Birkin) ? 

Mathilde Fernández ou Elodie Frégé.

– Dans la peau de Gainsbourg, quelles actrices actuelles aimerais-tu faire chanter ? 

Natascha McElhone. Je la trouve hypnotique. Sinon, j’aime bien quand les actrices ne chantent pas trop. Je trouve les chanteuses meilleures comédiennes, que les actrices ne sont de bonnes interprètes chanteuses. C’est pourtant le même métier à l’arrivée. Évidemment, il y a de belles exceptions. 

– Accepterait-tu de changer de sexe pour les besoins d’une pochette comme Gainsbarre sur « Love on The Beat » sans te soucier de ton image ? 

Absolument.  

– Si tu devais faire une reprise jouant sur l’androgynie aujourd’hui, plutôt « Comme un garçon » (Sylvie Vartan) ou « Sans contrefaçon » (Mylène Farmer) ?  

Mylène for ever.

– Et dans la peau d’un séducteur, plutôt « Femme des années 80 » (Michel Sardou) ou « Femmes, femmes, femmes » (Serge Lama) ? 

Ni l’un l’autre mon capitaine. Plutôt Demis Roussos, “ Quand je t’aime “.   

– Plutôt « Un homme heureux » (William Sheller) ou « Un homme debout » (Claudio Capéo) ?  

Un homme heureux.

– Au registre gay friendly, plutôt « Comme ils disent » (Charles Aznavour) ou «Kid » (Eddy de Pretto) ? 

“Comme ils disent” s’il faut choisir. Mais je serais davantage “ J’ai tout aimé de toi “, de moi. Ahahahahahahahah. 

– Si tu devais chanter « Je suis un homme », ce serait la chanson de Polnareff ou celle de Zazie ? 

Zazie . 

– Quelles devraient être les qualités de la femme idéale ? Plutôt « Je serai douce » (Barbara) ou « Libertine » (Mylène Farmer) ? 

Libertine.   

– Quel type de femme n’aurait aucune chance de te séduire ? 

Une femme jalouse.  

– Accepterais-tu d’être un homme au foyer, si ta compagne était artiste, par exemple  ? 

Non. Je n’aimerais d’ailleurs pas avoir un homme au foyer qui m’attende. Je déteste qu’on m’attende et inversement.

  – Épouserais-tu sans problème une femme de 20 ans ta cadette, comme beaucoup de Rockstars ? 

Absolument. 

  – Et de 20 ans ton aînée ?

Absolument. L’amour n’a pas d’âge.

– Quelle est pour toi la plus belle déclaration d’amour, jamais chantée par un homme à une femme ? 

« Amour Amitié » de Pierre Vassiliu.

  – Quelle chanson du répertoire masculin est « la chanson de ta  vie » ? 

« Amour Amour », Jacques Demy, Michel Legrand. Interprétée par Anne Germain. 

 – Celle que tu trouves inchantable par une femme ? 

Toutes les chansons de Bowie. J’en suis fan, mais son rythme, son phrasé, sa tessiture, n’appartiennent qu’à lui. 

 – Question subsidiaire : dans la peau d’un garçon, que dirais-tu à Carmen, pour la séduire ? 

Je te laisserai me séduire Carmen, car je sais que tu aimes la chasse. Je te ferai une vraie place dans ma vie. J’aime ta liberté. Je ne t’enfermerai jamais. Je serai ton meilleur amant et ton meilleur ami. Je ne t’appartiens pas, tu ne m’appartiens pas. Je respecte ton indépendance. Tu feras pareil pour moi. Et je tâcherai de ne pas te laisser alimenter le feu de notre amour, et ferai preuve de romantisme moi aussi, au milieu de tous ces fluides. On y va ?

Propos recueillis par Eric Chemouny

Photos : Astrid di Crollalanza (DR)

En application de l’article L. 122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle : « Toute reproduction ou représentation d’une œuvre faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit est illicite ». Ainsi aucune autre utilisation n’est permise, aucune publication ne pourra être faite sur des comptes tiers, ni sur d’autres sites web ou autres support de quelque nature, ni sur une nouvelle publication sur le même site. Aucune altération de l’image ni détournement de son contexte ne sont autorisés. Aucun transfert de cette autorisation à un tiers n’est possible, et la photo ne peut pas être utilisée à des fins professionnelles, commerciales ou promotionnelles, ni à des fins de propagande politique ou autre.