La Galerie JSM

de CHRISTOPHE CRÉNEL

Il est assurément un des meilleurs, sinon LE meilleur photographe de Live et de musiques actuelles de ces dernières années. Sans doute parce qu’il est aussi artiste musicien, Christophe Crénel n’a pas son pareil pour capter la magie de l’instant, la fugacité de l’émotion comme la fulgurance de l’énergie, le tout avec cette présence aussi discrète que bienveillante qui le caractérise. Fidèle des grands festivals de l’été, dont dernièrement le Fnac Live à Paris, le croiser au détour d’une backstage est toujours prometteur de belles images à venir, comme celles rassemblées dans son magnifique livre de photos « Big Bang, musiciens du nouveau monde » (Ed.Actes Sud)… Parce que nous comptons parmi les inconditionnels de son oeuvre originale, poétique et électrique, et alors qu’il a été un des premiers à nous faire confiance et à inaugurer cette rubrique, nous avons voulu lui consacrer une suite, en lui ouvrant une nouvelle pièce de la galerie JSM. Il a poussé l’élégance jusqu’à éclairer lui-même les photos, de légendes qui en disent long sur le rapport de confiance réciproque qu’il sait instaurer avec les artistes, et sur son intarissable passion…

Christophe Crénel

FEU ! CHATTERTON (La ferme du buisson) 2022

« Il a fallu 3 albums pour que Feu! Chatterton prenne réellement son envol. J’apprécie aujourd’hui le lâcher prise du groupe en live, une part d’improvisation, des digressions sur scène qu’il fait bon attraper au vol avec l’appareil. C’est d’ailleurs un Arthur barbu, joueur et danseur qui s’est présenté avec ses camarades sur la scène de la Ferme du Buisson à Noisiel. Içi pas de crash barrière ente la scène et le public, il a donc fallu onduler pour me glisser devant les fans du premier rang et attraper un peu de l’électricité du groupe. »


BRISA ROCHE & MARNIX DORENSTEIN (BRMD) 2021

« J’ai fait une pochette d’album pour Brisa Roché avant de la retrouver en de multiples occasions. Brisa est une artiste que j’aime photographier. J’apprécie sa liberté et son plaisir évident à tenter de nouvelles expériences. Son duo BRMD avec le laborantin pop néerlandais Marnix Dorrestein en est une bonne illustration. Cette photo a servi pour la promo de l’album. Jouer avec le temps de pause lors de la prise de vue me semblait une bonne idée pour illustrer ce côté toujours en mouvement de Brisa et son duo arty. »


YOUV DEE (Fnac Live) 2022

« J’ai découvert Youv Dee il y a quelques années avec le groupe L’Ordre du Périph’. Le garçon avait déjà du charisme. Ses aventures en solo confirment son potentiel avec musicalement un mélange de rap et de rythmiques rock jouées par une section batterie-guitare qui secoue bien la pulpe. La scène est haute au Fnac Live, bonne occasion de tenter des silhouettes en contre-plongée. Celle de Youv Dee est particulièrement énergique. Vive les Dreadlocks ! »


FISHBACH 2022

« C’est un shooting pour la couverture et le dossier que Longueur d’Ondes consacrait à Fishbach. J’ai demandé à plonger le studio dans le noir avant de faire mon Luke Skywalker, en agitant un néon devant son visage. Elle me faisait penser ce jour-là à Albator avec son long manteau en cuir noir. Ce clair-obscur restitue le mystère et le côté romanesque de ses morceaux. J’ai joué ensuite d’un effet de surimpression pour rendre l’univers moins austère et évoquer la verdure de son refuge ardennais. »


ICHON (Gaîté Lyrique) 2020

« J’ai photographié Ichon pour boucler mon livre « Big Bang, Musiciens du Nouveau Monde ». La gaîté lyrique nous a gentiment laissé faire des photos dans la partie de l’établissement en cours de rénovation. Et en disciple du photographe américain Philippe Halsman, je lui ai demandé de faire quelques sauts. Je voulais qu’il fasse un jump qui ne modifierait pas l’expression du visage. Mission accomplie. J’aime ce cool un peu mystérieux qu’Ichon conserve en toutes circonstances. »


CLARA LUCIANI (Fnac Live 2017)

« Je me souviens d’un concert chez Madame Arthur à ses tout débuts (je l’avais photographiée dans les toilettes du cabaret parisien juste après son show), puis le Fnac Live sur lequel je l’ai vue à 3 reprises, avec, à chaque fois, un peu plus d’assurance. Ici, shooting improvisé il y a 5 ans dans les couloirs lambrissés de l’hôtel de ville de Paris. J’aime bien le regard qu’elle porte sur elle-même, une forme d’introspection dans la glace. C’est différent d’un regard en direction du photographe. Et le côté Madone pop lui va bien. »


JESSIE CHATON (St Jean de Monts) 2021

« J’étais en vacances chez mes parents à St Jean de Monts, quand Jessie Chaton m’a envoyé un message pour m’annoncer qu’il était dans les parages. L’occasion de boire un verre avec le leader de Fancy et bassiste de General Elektriks, de discuter film de Kung Fu et de Lino Ventura, des mérites comparés d’une DS et d’une vieille voiture américaine mais aussi de faire quelques photos sur la plage avec son total look 70’s. »


LAST TRAIN (La Défense) 2021

« J’ai toujours beaucoup de plaisir à croiser les garçons de Last Train. Avec eux, pas de faux semblants, ça marche à la confiance et à l’amitié depuis leurs débuts. Le groupe voulait des photos qui les représente sans qu’on les distingue clairement. On est donc partis de nuit à la Défense ou j’ai joué avec un panneau Led, une vitesse lente, en leur demandant de légers mouvements du visage pendant la prise de vue. C’est une photo de cette série qui fait leur actuelle affiche de tournée. »


POGO CAR CRASH CONTROL 2021

« Ça fuse vite entre les 4 membres de Pogo, toujours une anecdote sur une fin de concert qui part en sucette et une forme de tendresse assez touchante entre eux qui contraste avec le côté énervé de leur musique. Bref, les 4 PCCC déboulent un matin dans ma banlieue pour réaliser la couverture du magazine Longueur d’Ondes. On se pose dans une pièce aux murs blancs. Et le saut s’impose assez naturellement pour traduire l’énergie et le côté les doigts dans la prise du groupe. J’avais affaire à des sauteurs de compétition. 5 ou 6 sauts ont suffi à mon bonheur. »


ANNAEL (PDB 2022)

« Lorsque je viens sur un concert, j’ai bien sûr envie d’être surpris, bousculé. Je devais être un peu à fleur de peau mais Annael, lui, m’a ému aux larmes. Voilà un garçon qui donne de la joie par ses interventions au micro, son énergie, et son afro pop électronique chantée en français sur laquelle il danse avec la souplesse d’un James Brown 2.0. Passé ce premier frisson, je n’avais qu’une envie, capter avec mon appareil photo ce supplément d’âme. »


ANGELE (Fnac Live 2018)

« Au bord de la scène, les photographes sont comme des enfants qui trépignent. Qui va sortir de la pochette surprise, les éclairages seront-ils à la hauteur, l’artiste sera-t-il charismatique ou spectaculaire ? Il n’y a parfois rien de tout ça et on essaye de s’inventer une histoire en tentant des cadres surprenants ou en se focalisant sur un détail. Le moment de grâce concernant Angèle aura été son apparition sur le devant de la scène. L’instant magique : sa silhouette se découpant dans un ciel peuplé de cumulo-nimbus, trainant derrière elle une tunique couverte de nuages. »

Réalisé par Eric Chemouny et Gregg Guyot, avec la collaboration amicale de Christophe Crénel.

Un immense merci à lui pour son talent et sa gentillesse !

Livre de Christophe Crénel : « Big Bang »

Photos : Christophe Crénel (DR) // Portrait DR