L’interview

« 100 % Beaux Arts »

de PIERRE LAPOINTE

Depuis ses débuts, Pierre Lapointe n’a jamais fait secret de sa passion boulimique pour l’art, et même toutes les formes d’art, avec lesquelles il n’a eu de cesse de créer des passerelles, s’entourant des meilleurs, chacun dans son domaine, à l’occasion de la conception de ses spectacles toujours plus avant-gardistes et innovants, de ses pochettes de disques, de ses vidéoclips, jusqu’au choix de ses costumes audacieux. C’est plus que jamais le cas avec la sortie de « L’heure mauve », son douzième album surprise, qui crée l’évènement puisque directement inspiré des oeuvres de l’artiste suisse Nicolas Party, actuellement exposé au Musée des Beaux-Arts de Montréal (jusqu’au 16 octobre 2022) : un disque enthousiasmant et impliqué, entre chansons originales et reprises, de Félix Leclerc à Kurt Weil, qui nous a donné envie d’en savoir un peu plus sur les goûts artistiques de l’ami Pierre, le temps d’une interview « 100% Beaux Arts », en attendant son retour en France seul avec son piano, pour une tournée qui passera par l’Olympia de Paris le 18 mai et les Francofolies de la Rochelle, le 14 juillet 2022…

– Quel est ton peintre classique / contemporain préféré ? Une oeuvre en particulier ?

J’ai beaucoup d’admiration pour le peintre Québécois François Lacasse. Je suis rarement attiré par la peinture abstraite, mais son travail est magnifique. C’est un alchimiste de la peinture et de la couleur. J’aime aussi beaucoup le travail d’un artiste japonais du nom de IZUMI KATO. J’adore la poésie qui se dégage de ses personnages. Il fait le pont de manière très touchante entre l’art traditionnel et le « Pop Art » japonais.

–  ton sculpteur classique / contemporain préféré ? Une oeuvre en particulier ?  

David Altmejd. J’ai eu la chance de monter un mini-opéra contemporain avec lui, il y a plus de 10 ans maintenant, intitulé « Conte Crépusculaire », et que l’on trouve facilement sur le web. C’est un artiste extraordinaire qui hypnotise par le magnétisme de ses oeuvres. Il évolue super bien. Aucune de ses oeuvres ne me déçoit.

– ton artiste d’art urbain préféré ? 

Ce n’est pas une artiste « STREET », mais sans le vouloir elle a fini par participer à des événements qui peuvent la placer, par moment, dans cette famille. C’est l’artiste préférée de Banksy, une Montréalaise, que j’ai connue par son travail à l’époque où elle était dans le groupe musical « les Georges Leningrad » au début des années 2000 : il s’agit de Dominique Pétrin. Depuis quelques années, elle fait des collages hyper impressionnants, des murales Pop colorées qui peuvent faire penser au travail d’Ettore Sottsass et son Groupe « Memphis Milano ». J’ai travaillé avec elle sur le clip de « Nos joies répétitives » que j’ai tourné dans une de ses installations.  

– ton grand photographe préféré ? 

Je dirais que le travail de Pierre et Gilles, entre photo et peinture, me parle énormément. Très Pop et surtout devenu classique, leur signature est reconnaissable facilement. Ce sont de grands portraitistes. J’ai aussi une grande admiration pour Pascal Grandmaison, photographe montréalais de talent. Par moments très conceptuel, il est un des artistes les plus importants de sa génération.

– si tu en avais les moyens, quel chef d’oeuvre aimerais-tu t’offrir dans ton salon ?

Francis Bacon, n’importe quelle toile de sa série mettant en scène le pape dans une cage de verre. Sinon, David Hockney, « Mr and Mrs Clark and Percy » 

– celui que tu offrirais à ton pire ennemi ? 

N’importe quelle toile de Corno…. Je ne comprends pas du tout son travail.

– quel est ton musée parisien préféré ?

Le Centre Georges Pompidou. J’aime la grande place vide en face du musée. J’aime le côté libre « inachevé » de l’architecture du lieu. J’aime sa collection. J’aime le vaste espace qu’il occupe dans une ville comme Paris, où tout est entassé. Pour moi ce musée est calme et me détend.Ce bâtiment et sa collection incarnent pour moi le fantasme d’un art absolu, d’un art sans compromis, d’un art total mais version « post-industrielle », sans ornements inutiles. Il y a dans cet établissement, un étrange mélange entre une gentillesse maladroite et un certain snobisme. J’aime beaucoup cette sensation et elle n’est possible nulle part ailleurs. C’est très parisien.

– quel est ton musée préféré au monde ?

Le Chichu, par Tadao Ando, Naoshima, Japon. Architecture du grand maître Japonais, perdu sur une petite île, c’est un musée magique. Seulement quelques oeuvres y sont exposées et on y trouve de grandes installations de James Turrel. J’ai vécu de grandes émotions là-bas… j’ai même eu l’impression, par moment, de communiquer avec le divin dans ce bâtiment presque mystique. À préciser que pour moi, Dieu n’existe pas. 😉 

– comment réagirais-tu si on proposait d’exposer ta statue au Musée Grévin à Paris, ou tout autre musée de cire ?

Je serai amusé et honoré.

– quelle est la dernière exposition que tu aies vue ? 

L’heure Mauve de Nicolas Party au Musée des Beaux-Arts de Montréal. Evidemment, je trouve cette exposition magnifique… mais je ne suis pas du tout objectif 😉

– si tu devais diner en tête à tête avec Frida Kahlo, qu’aimerais tu lui demander ?

Je lui demanderais de faire mon portrait… mon ego en serait ravi. 

– et avec Gustav Klimt ? 

Je lui demanderais de faire mon portrait… mon ego en serait ravi.

– pour ou contre les oeuvres de Jeff Koons dans l’espace public ? 

Pour ! Tant que ça fait parler je crois que ça vaut la peine de l’exposer. Il y a tout le concept de « qui a payé pour l’oeuvre », de « l’espace que l’oeuvre occupe dans une ville » … de « la nationalité de l’artiste »… et je suis très conscient de tout ça. Mais pour moi, Koons exprime une facette de l’art actuel. Une facette importante. C’est un plasticien important et ses oeuvres sont attirantes. Pourquoi en priver le regard des passants, qui ne sont pas nécessairement conscients de ce qui se passe en ce moment dans le monde de l’art ?

– es-tu amateur d’expositions de peintures virtuelles, comme l’atelier des Lumières à Paris ?

Je crois que ce genre d’exposition ou plutôt « d’installation » est super. C’est attirant pour tout le monde. Maintenant, personnellement, je ne suis pas fan. Je trouve que la technologie n’est pas encore assez avancée pour en mettre vraiment plein la vue.

– quel est l’artiste contemporain (peintre, illustrateur, ou photographe…) dont tu aimerais qu’il signe la pochette de ton prochain album ?

IZUMI KATO.

– une pochette d’album qui mériterait son entrée au musée ? 

Toutes les pochettes des albums de Björk. Les pochettes de Kanye West aussi. Cette homme a une sensibilité artistique déconcertante par sa pertinence.

– un chanteur, une chanteuse de légende qui mériterait sa statue au Louvre ?

Kanye, Bjork, Bowie, Kurt Weill, Miles Davis. 

– si tu n’étais pas musicien, dans quelle autre discipline artistique aurais-tu aimé t’illustrer ?

J’aurais voulu être Robert Wilson ou Bob Fosse. 

– pour finir sur l’éternel débat gainsbourien, la chanson est-elle selon toi un art mineur ou majeur ?

Pour moi, surtout en 2022, toutes les formes d’arts sont majeures. Cocteau a été snobé toute sa vie pour avoir été illustrateur, artiste visuel, poète, auteur, metteur en scène, créateur de vêtements, cinéaste. On disait de lui qu’il était trop partout, pour être important et réellement talentueux. Pour moi, il était en avance sur son temps. Aujourd’hui tout est lié, particulièrement depuis l’arrivée du clip vidéo qui est (si bien utilisé) entre « cinéma et film d’art ». Il y évidemment des artistes qui ne sont pas intéressants, mais plusieurs artistes en chanson offrent des objets forts. Dans le futur, les années qui auront passé nous montreront qui en vaut vraiment la peine, mais je crois que la chanson reste un outil important dans l’expression artistique.

Propos recueillis par Eric Chemouny

Photos : Richmond Lam (DR)

Aucune autre utilisation n’est permise. Ainsi, aucune publication ne pourra être faite sur des comptes tiers, ni sur d’autres sites web ou autres support de quelque nature, ni sur une nouvelle publication sur le même site. Aucune altération de l’image ni détournement de son contexte ne sont autorisés. Aucun transfert de cette autorisation à un tiers n’est possible, et la photo ne peut pas être utilisée à des fins professionnelles, commerciales ou promotionnelles, ni à des fins de propagande politique ou autre.