L’interview

« Voyage, voyage »

de CYRIL MOKAIESH 

Un an à peine après l’album « Paris-Beyrouth », le prolifique Cyril Mokaiesh est de retour avec  «Dyade», un album de duos essentiellement écrit et composé pendant le premier confinement, sur lequel il a invité des amis et artistes qu’il admire profondément : Calogero, Dominique A, Keren Ann, Elodie Frégé, Alma Forrer, Clara Ysé… Sur la lancée de ce joli coup d’éclat discographique, et dans l’attente de pouvoir promener en tournée ses nouvelles créations, après trois soirées à La Nouvelle Ève à Paris fin novembre, il s’est plié à l’exercice de l’interview « Voyage, voyage » de JSM…

– Dans quelle ville, quel pays es tu né ? 

à Paris.

– Quel est le premier pays que tu as visité ?

Dans mon souvenir c’est Londres en famille, je devais avoir 7 ou 8 ans et j’avais un Kodak avec lequel je photographiais la garde royale à Buckingham Palace. Détail important, je portais fièrement des pump rouges et noires.

– Le dernier pays visité ?

Le Liban, Beyrouth, où j’ai une maison de famille toujours sur pieds malgré les bombes et la dernière explosion du port. 

– Celui où tu rêves d’aller à la réouverture des frontières ?

Je n’en rêve pas mais je traverserais bien le Golden Gate Bridge de San Francisco à vélo. 

– Ton plus beau souvenir de voyage ? 

Peut-être un weekend à Rome avec mon meilleur pote, on logeait à la Villa Médicis où je donnais un concert. Ce fut court mais intense, quelle ville ! 

– Ton pire souvenir de voyage ?

Une mauvaise fréquentation à Ostende : à un moment donné, ça a tourné vinaigre et j’ai cru que j’allais finir au fond de l’eau. 

– Quelle est ta ville préférée au monde ? 

Paris.

– Le pays, la ville, dans lequel / laquelle tu aimerais vivre ? 

Beyrouth ressuscitée. 

– Côté gastronomie, ta cuisine préférée ? 

Celle de ma grand-mère Lamys.

– En vacances, es-tu plutôt découvertes ou farniente ? 

Farniente, sport, rosé, copains, bouquin, molkky.

– Plutôt « La mer » (Charles Trenet)  ou « La montagne » (Jean Ferrat) ? 

La mer, « Homme libre, toujours tu chériras la mer ! La mer est ton miroir, tu contemples ton âme. » Baudelaire.

– Plutôt « Il voyage en solitaire » (Gérard Manset) ou « Les jolies colonies de vacances » (Pierre Perret) ?

Les deux.  

– Quelles langues étrangères pratiques-tu ? 

Le franglais.

– Celle que tu aimerais apprendre ? 

Arabe, espagnol.

– Dans combien de langues as-tu déjà chanté ? 

Officiellement une seule.

– Dans quels pays as-tu déjà chanté ? 

France, Belgique, Suisse, Canada, Italie, Espagne.

– Celui où tu aimerais chanter ? 

J’aimerais bien chanter en Amérique du Sud et particulièrement à Buenos Aires où « Le bonheur est sans mystère car il se justifie par lui-même. » ( Borges ) et c’est vrai ! 

– Ton plus beau souvenir de tournée ? 

Montréal, on était une bonne bande de joyeux lurons, prêts à conquérir les Amériques.

– Ton pire souvenir de tournée ? 

Montréal, tout ça pour un concert sous des trombes d’eau devant quelques parapluies. 

– Le festival que tu n’as jamais fait et que tu aimerais faire ?

Y’en a pas mal. J’sais pas c’qui foutent… 

– En tournée, es-tu plutôt « tour bus » ou « relais et châteaux » ? 

Moi en relais et châteaux et les musiciens au gite bien sûr … Tour bus à fond ! 

– L’artiste étranger avec lequel tu aimerais faire un duo ? Quel titre ?

Bjork ou Thom Yorke, un genre de duo comme ils avaient fait ensemble pour la BO de « Dancer In the Dark » le titre s’appelait « I’ve Seen ». 

– Si tu devais faire une reprise, plutôt « Voyage, voyage » (Désireless) ou « Puisque vous partez en voyage » (Françoise Hardy / Jacques Dutronc) ?

J’ai honte, mais je ne connais pas «  Puisque vous partez en voyage ». Je vais aller vérifier, mais en attendant je dis « Voyage, voyage, dans l’espace inouï de l’amour. » Je nous le souhaite !

Propos recueillis par Eric Chemouny 

Photos : Dominique Gau (DR)