BENJAMIN BIOLAY

Le Grand Prix au Zénith

Benjamin Biolay aura attendu longtemps sur la ligne de départ des concerts : il a été l’un des premiers à devoir reporter sa tournée, suite à la sortie de l’album « Grand Prix » son dernier chef d’œuvre, multi-récompensé et qui lui a permis de renouer avec le succès public. Preuve en est, chez celui qui habituellement s’installe dans des salles parisiennes plus intimes, le Zenith de Paris dans lequel il se produit à guichets fermés à l’instar de l’envergure de sa tournée française. Nous y étions, on vous raconte…

C’est dans un contexte encore chaotique que Benjamin Biolay a démarré la machine de sa tournée « Grand Prix » à Nantes, le 21 octobre 2020, à peine sorti des vagues successives de confinement, et presque entré dans celle du couvre-feu qui a marqué un coup d’arrêt pour mieux le redémarrer quelques mois plus tard. Cela n’a pas découragé l’artiste, impatient de présenter au public les chansons qui lui ont fait renouer avec le succès, dont le grand public s’est immédiatement approprié « Comment est ta peine? » et en a fait LA chanson symbole de cette période.

Près d’un an plus tard, au Zénith de Paris, le spectacle est quasiment le même : une route du Rock, parsemée des chansons de son « Grand Prix », constellée de ses grands classiques, des titres devenus incontournables au fil de ses tournées, comme « La superbe », « Ton héritage », « Miss Miss » ou « Les cerfs volants », son premier tube.

Son « Grand prix Tour » est comme un grand jeu de cartes que Benjamin Biolay dégaine entre défoulement Rock et extrême retenue ; une carte du tendre, de l’amour et de la famille portée par « ton héritage » en tête bien sûr dans un moment toujours chargé d’émotions quelle que soit l’audience ; une carte de la nostalgie et du souvenir avec l’évocation de deux immenses artistes: Etienne Daho avec « Le grand sommeil » en reprise Rock et Henri Salvador avec « jardin d’hiver » que Benjamin et Keren Ann lui avaient composée. Enfin, une carte de voyage à la redécouverte des grandes villes qui ont marqué sa vie ; de « Lyon Presqu’île » à « Palermo Hollywood ».

Mais surtout, Benjamin Biolay fait la part belle à cet album majestueux, sans doute celui qui lui ressemble le plus, de « Virtual Safety car », l’âpre instrumental à la ritournelle Electro Rock entêtante qui ouvre le show au final explosif avec une version étendue et exaltante de « Comment est ta peine ? ».

Tandis que la tournée continue, L’artiste vient d’annoncer ses premiers concerts symphoniques à la Philharmonie, les 1er et le 2 avril prochain, une nouvelle étape qui promet d’assurer définitivement la première place du podium au chanteur autrefois mal-aimé.

Gregory Guyot

Photos: Gregory Guyot (DR / JSM)

Setlist : Virtual Safety Car / Où est passée la tendresse ? / Parc Fermé / Interlagos (Saudade) / Jardin d’Hiver / Papillon Noir / Lyon Presqu’île / La Superbe / Ton héritage / Miss Miss / Visage Pâle / Le Grand Sommeil / Pas d’Ici / Palermo Hollywood / Les cerfs-volants / Padam / Idéogrammes / Comme une voiture volée / Rappel : Comment est ta peine?