L’interview

« Voyage Voyage »

de VIKTOR LAZLO

Depuis 35 ans, artiste protéïforme par excellence, entre chanson, comédie musicale, cinéma, télévision et littérature, la sublime Viktor Lazlo transforme en or tout ce qu’elle touche par sa simple présence magnétique, doublée d’un grande profondeur d’âme. C’est dire si les ex-fans des 80’s tombés sous le charme mystérieux de l’interprète de « Pleurer des rivières » se réjouiront de retrouver la chanteuse au grain de velours sur un nouvel album aux sonorités multicolores, « Suds », dont elle a écrit tous les textes (à l’exception d’un titre « Bukowski » co-signé David Linx), et qui marque ses retrouvailles heureuses avec le compositeur, guitariste et arrangeur Khalil Chahine. Pour fêter l’évènement, nous avons proposé à celle dont la voix est un dépaysement total à elle seule, de nous parler « voyage, voyage »…

– Dans quelle ville, quel pays es-tu née ?

Je suis née à Lorient, en Bretagne. En France donc…

– Quel est le premier pays que tu as visité ?

La Belgique.

– Le dernier pays visité ?

Si on part du principe que les Antilles sont françaises, l’Allemagne, juste avant le premier confinement, pour une émission de télévision.

– Celui où tu rêves d’aller à la réouverture des frontières ?

Le Pérou ou l’Argentine… Avant qu’elles ne se referment !

– Ton plus beau souvenir de voyage ?

J’en ai beaucoup et ils sont tous beaux pour différentes raisons. Mais l’un des plus marquants fut le Vietnam, à la rencontre de ma filleule.

– Ton pire souvenir de voyage ?

 Un séjour à la Martinique, qui n’a duré que trois jours pendant lesquels tout, mais absolument tout fut une catastrophe.

– Quelle est ta ville préférée au monde ?

Rome.

– Le pays, la ville, dans lequel / laquelle tu aimerais vivre ?

Je veux vivre en Martinique pas loin du rocher du Diamant.

– Côté gastronomie, ta cuisine préférée ?

La cuisine thaïe ou italienne.

– En vacances, es-tu plutôt découvertes ou farniente ?

Je ne sais pas vraiment prendre de vacances. Je trimballe toujours du « travail » si on considère que mes passions en sont un ! J’écris beaucoup en voyage. Mais je me balade aussi énormément.

– Plutôt « La mer » (Charles Trenet)  ou « La montagne » (Jean Ferrat) ?

Définitivement, la mer.

– Plutôt « il voyage en solitaire » (Gérard Manset) ou « les jolies colonies de vacances » (Pierre Perret) ?

Je ne suis pas heureuse en groupe, j’ai horreur de la promiscuité, alors plutôt solitaire ou alors… très bien accompagnée !

– Quelles langues étrangères pratiques-tu ?

L’italien, l’allemand, le néerlandais, l’anglais, un peu d’espagnol et de créole.

– Celle que tu aimerais apprendre ?

Le russe.

– Dans combien de langues as-tu déjà chanté ?

Quatre langues (italien, allemand, anglais et français).

– Dans quels pays as-tu déjà chanté ?

Allemagne, Italie, Espagne, France, Belgique, Luxembourg, Suisse, Pologne, Roumanie, Canada, Turquie, Grèce, Japon, Hong Kong, Taïwan.

– Celui où tu aimerais chanter ?

Les USA.

– Ton plus beau souvenir de tournée ?

Enceinte de cinq à six mois, 29 concerts en 31 jours, mon fils qui se réveillait dans mon ventre dès que je me couchais, bref : un tour de force !

– Ton pire souvenir de tournée ?

Pendant la tournée « Billie Holiday » qui a duré deux ans, toutes les salles étaient combles, alors quand nous sommes arrivés en Hollande, où nous avions neuf dates dans des palais des sports (le tourneur avait adoré le spectacle) et qu’aucune des salles n’a réuni plus de mille spectateurs, la déception des organisateurs a viré à la méchanceté. Si on m’avait demandé mon avis, je leur aurais dit qu’au-delà de mille personnes par concert, c’était de l’inconscience…

– Le festival que tu n’as jamais fait et que tu aimerais faire ?

Montreux.

– En tournée, es-tu plutôt « tour bus » ou « relais et châteaux » ?

Relais et châteaux ! Je déteste les bus !

– L’artiste étranger avec lequel tu aimerais faire un duo ? Quel titre ?

Ils ont tous fini par mourir ! Il y avait Bowie, avec qui je rêvais de reprendre son « The Man who Sold the World ».

– Si tu devais faire une reprise, plutôt « voyage, voyage » (Désireless) ou « Puisque vous partez en voyage » (Françoise Hardy / Jacques Dutronc) ?

Plutôt « Puisque vous partez en voyage » même si j’ai hurlé « Voyage, voyage » comme des milliers de personnes à l’époque !

Propos recueillis par Eric Chemouny

Photos DR

Aucune autre utilisation n’est permise. Ainsi, aucune publication ne pourra être faite sur des comptes tiers, ni sur d’autres sites web ou autres support de quelque nature, ni sur une nouvelle publication sur le même site. Aucune altération de l’image ni détournement de son contexte ne sont autorisés. Aucun transfert de cette autorisation à un tiers n’est possible, et la photo ne peut pas être utilisée à des fins professionnelles, commerciales ou promotionnelles, ni à des fins de propagande politique ou autre.