LOUANE

de A à Z

En trois albums entrecoupés de jolis succès au cinéma, Louane est devenue une des artistes mais aussi des personnalités préférées des Français, toutes générations confondues. Alors que son troisième opus « Joie de vivre » vient d’être réédité augmenté du duo « Derrière le brouillard » avec Grand Corps Malade et qu’il poursuit sa jolie carrière, avec la livraison d’un nouvel extrait « Love » servi par un clip intimiste en piano-voix, nous lui consacrons notre portrait de A à Z…

A comme Anne : son prénom pour l’état civil. Anne Peichert, de son vrai nom, est née le 26 novembre 1996, à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, une région restée chère à son cœur.

B comme Biolay, Benjamin : l’auteur-compositeur est un des premiers à croire en son talent, et à écrire pour elle (ce. « Ecchymoses »). Les deux artistes amis se sont souvent retrouvés en duo en diverses occasions, notamment lors de l’ouverture de la 70ème édition du Festival de Cannes en 2017, avec « Le cinéma » de Claude Nougaro.

C comme « Chambre 12 » : le titre de son premier album, qui rencontre un franc succès. Album le plus vendu de l’année 2015, il est couronné de la Victoire de l’album révélation de l’année en 2016.

D comme « Donne-moi ton coeur » : signé Damso, le premier extrait du troisième album, servi par un clip très réussi, apporte un son neuf et une vraie modernité au répertoire de l’idole des jeunes, devenue une chanteuse adulte. 

E comme Emera : Louane Emera est son patronyme au début de sa carrière, très vite abandonné au profit du simple Louane.

F comme « Famille Bélier (la) » : le film d’Eric Lartigau, sorti en 2014 est son premier grand succès au cinéma comme chanteuse et comédienne, aux côtés de Karin Viard, Eric Elmosino et François Damiens. Pour préparer son rôle, elle a du apprendre la langue des signes. Le film totalise près de 7,5 millions d’entrées au box-office et lui vaut le César du meilleur espoir féminin en 2015.

G comme Grand Corps Malade : celui-ci a invité Louane à chanter en duo « Derrière le brouillard », sur son album à succès «Mesdames » paru en 2020. Le titre figure en bonus sur la réédition de «Joie de vivre ».

H comme Hommage : très affectée par les attentats du 13 novembre 2015, où elle perd des amis présents au Bataclan, elle choisit de rendre hommage aux victimes en interprétant « Un automne à Paris », un texte écrit par l’écrivain académicien libans Amin Maalouf, et qu’elle interprète avec le trompettiste Ibrahim Maalouf.

I comme Isabelle (Pinto dos Santos) : le prénom de sa maman, d’origine portugaise, et prématurément disparue en avril 2014, à seulement 49 ans, Elle lui dédie la chanson « Maman », chanson de l’année en 2016, suivie en 2018 du tube « Si t’étais là », extrait de son deuxième album.

J comme « Joie de vivre » :  le titre de son troisième album, marquant un virage dans sa carrière, avec de nouveaux choix de sons et des collaborations inattendues.

K comme Kungs : en 2018, la presse people lui prête une liaison avec le célèbre DJ, rumeur infondée que les deux artistes, simplement amis dans la vraie vie, s’empressent de démentir.

L comme « Lego » : une chanson de 2017 signée Vianney, un titre évoquant l’angoisse liée aux sentiments amoureux et l’appréhension de la rupture.

M comme maman : elle est devenue maman pour la première fois en mars 2020, en donnant naissance à une petite fille, qu’elle a choisi, avec son compagnon, P3GASE, alias Florian Rossi, chanteur multi-instrumentiste et compositeur français, de prénommer Esmée.

N comme « Nos patriotes » : le film de Gabriel Le Bomin qu’elle tourne en 2017, et dans lequel elle tient le rôle de Marie.

O comme « On était beau » : premier extrait de son deuxième album, sorti le 23 juin 2017, signée Thomas Caruso, et qui marque une première évolution vers davantage de maturité dans sa carrière musicale.

P comme Parr, Martin : le grand photographe et réalisateur contemporain britannique, connu pour son sens de l’observation de la société et des milieux populaires, lui a fait l’honneur de signer la pochette de son troisième album, dans le plus pur style Sparr, en la photographiant sur les plages de son Nord natal.

Q comme « Quelques mots d’amour » : la chanson de Michel Berger, dont Louane propose une très sensible version lors de l’émission « Allez viens, je t’emmène » en novembre 2020.

R comme Renaud : Louane lui rend hommage en reprenant « La mère à Titi », une chanson qui lui rappelle son père Jean-Pierre Peichert, disparu en février 2013, et grand fan de Renaud. Celui-ci lui fait la surprise de la rejoindre sur scène en 2016, lors de la soirée de remise des W9 d’Or.

S comme Sardou, Michel : le répertoire du chanteur populaire est au coeur du scénario du film « La famille Bélier », auquel Louane donne une couleur sensible et très différente de l’original, notamment sur les titres « je vais t’aimer » et « Je vole », qu’elle contribue à faire connaitre auprès des plus jeunes.

T comme Terre Noire : les deux frères de Saint-Etienne sont au générique de l’album « Joie de vivre »,  avec l’extrait « Désolée ».

U comme « Un (le jour) » : premier extrait de son album « Chambre 12 », écrit et composé par l’auteur-compositeur révélé par la Star Academy, Patxi Garat, s’imposant directement comme l’hymne de la jeune génération.

V comme « Voice (the) » : le célèbre radio-crochet de TF1, dans lequel elle fait ses premiers pas.

W comme Watchoutfortornado : son pseudonyme sur Instagram, réseau social sur laquelle est elle très active, et totalise à ce jour plus de 1,1 million d’abonnés.

X comme X (de l’anonymat) : c’est en auditionnant à l’aveugle que sa voix incroyablement mature pour son âge retient l’attention des jurés de The Voice. Quelques années auparavant, alors qu’elle n’a que 12 ans (et trois quarts), elle retient déjà celle de Tina Arena, dans l’émission « L’école des Stars », en chantant « Memories » de Barbra Streisand.

Y comme Yadam : le candidat d’origine vénézuélienne de la Nouvelle Star propose une émouvante reprise de sa chanson « Si t’étais là » en décembre 2017, signe de son impact sur les jeunes talents qui la considèrent comme un modèle de réussite. 

Z comme Zoé : son prénom dans le film « Les affamés », de Léa Frédeval sorti en 2018, mais n’ayant pas rencontré son public. 

Réalisé par Eric Chemouny

Photos : (DR / Mercury / Universal Music)

© les auteurs, les photographes, les artistes et JE SUIS MUSIQUE. L’utilisation et / ou la duplication non autorisée de ce matériel sans l’autorisation expresse et écrite de l’auteur et / ou du propriétaire de ce site est strictement interdite. Des extraits et des liens peuvent être utilisés, à condition que le crédit complet et clair soit donné aux auteurs , photographes, artistes et JE SUIS MUSIQUE avec une direction appropriée et spécifique vers le contenu original.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s