L’interview

« Voyage voyage »

d’AMIR

Fidèle à JE SUIS MUSIQUE, Amir sera toujours pour nous « L’ange brun » emblématique d’un de nos premiers numéros ! Le coeur entre deux pays, deux langues, deux cultures, un pied en Europe, l’autre au Moyen Orient, l’infatigable voyageur et troubadour de la chanson, était l’invité idéal pour inaugurer notre nouvelle rubrique, l’interview « Voyage voyage ». En attendant de le retrouver en tournée avec les chansons de son troisième album « Ressources » et de pouvoir explorer à nouveau la planète, le sympathique chanteur nous a livré ses coups de coeur touristiques, le temps d’un tour du monde virtuel…

– Dans quelle ville, quel pays es-tu né ?

Je suis né en France, à Paris.

– Quel est le premier pays que tu as visité ?

Il me semble que c’était Israël, mais il est possible aussi que ce soit les Etats-Unis. Il faut dire que j’ai pris mon premier vol à l’âge de trois semaines… Mes parents sont de grands voyageurs. Jusqu’à présent, ils doivent partir en voyage quatre à cinq fois par mois, et j’ai grandi dans cette ambiance, cette culture du voyage et de la découverte. Dès qu’on a un peu de temps libre dans la famille, on part en week-end. Tous mes frères et soeurs sont dans ce même état d’esprit, hors période de Covid, bien sûr.

– Le dernier pays visité ?

Cette année, je suis allé en Grèce, mis à part Israël, où je me rends pour des raisons familiales. Je fais des allers-retours à Tel Aviv quand je peux, comme en novembre dernier par exemple.  Mais mes dernières vraies vacances étaient en Grèce, l’été dernier. J’ai un attachement affectif très fort avec ce pays : pendant ma période de break en France, j’y ai fait un duo qui a été numéro 1 là-bas, avec Nikos Vertis (« Si on n’aime qu’une fois »). Au-delà de cela, j’ai toujours adoré la musique grecque. Je suis très copain avec Nikos Aliagas et sa famille. J’y partais en vacances bien avant de les connaitre. Cet amour de la Grèce été le point de départ de notre amitié et a créé des liens entre nous. J’y vais dès que je peux, au point d’y être allé dernièrement trois fois en un an seulement.

– Celui où tu rêves d’aller à la réouverture des frontières ?

Même avant la réouverture des frontières, mon métier m’offre la possibilité de voyager pendant cette période compliquée. Je vais tourner mon prochain clip le weekend prochain en Tunisie, par exemple. C’est un peu un retour aux origines pour moi, puisque mon père vient de là-bas. Mais pour répondre à ta question, j’aimerais beaucoup aller en Indonésie, où je ne suis encore jamais allé.

– Ton plus beau souvenir de voyage ?

Ce n’est pas facile de répondre, mais spontanément je pense au voyage le plus atypique que j’ai pu faire : en 2009, je suis parti trois semaines au Brésil avec ma soeur, avec laquelle j’ai deux ans d’écart. On était de jeunes adultes en devenir. Jusque là, on avait passé toute notre enfance à se chamailler, classiquement comme deux frère et soeur. Mais à cette occasion, on a du apprendre à voyager ensemble, partager une chambre, et mieux se connaitre finalement. C’est à ce moment-là, qu’on s’est découverts mutuellement et qu’elle est devenue ma meilleure amie.  On est allés un peu partout, de Rio à Salvador de Bahia, et sur cette magnifique île qui s’appelle Morro de Sao Paulo.

– Ton pire souvenir de voyage ?

Je n’en ai pas. Même des voyages un peu compliqués ne m’ont pas laissé de mauvais souvenirs. Je dirais même que j’aime bien avoir un problème à gérer pendant un voyage.  Ca ne le rend que plus intéressant. À aucune occasion, je ne me suis senti soulagé en rentrant de voyage…

– Quelle est ta ville préférée au monde ?

Oh la la, il y en a beaucoup. J’ai énormément voyagé dans ma vie. Si je me détache de l’affect que j’ai pour Paris et Tel Aviv, je dirais que Tokyo m’a beaucoup marqué. J’ai aussi beaucoup aimé une île merveilleuse au Mexique, qui s’appelle Holbox. Ce sont deux ambiances extrêmes : d’un côté, une grande métropole et de l’autre, une île comme un village. Les deux m’ont apporté beaucoup de plaisir et donné envie d’y prolonger mes vacances, d’aller plus loin dans leur découverte…

– Le pays, la ville, dans lesquels tu aimerais vivre ?

Je crois que je pourrais vivre à Rio, ou au Brésil de manière général. On y trouve tout ce que j’aime, le beau temps, la décontraction, la joie de vivre, la musique toujours très présente et inspirante.

– Côté gastronomie, ta cuisine préférée ?

Je dirais la cuisine italienne. Ça n’a rien d’original. Je suis absolument fan de pizza, des spaghetti à la bolognaise… J’adore aussi toutes les entrées qu’on nous sert au restaurant, comme ces anchois avec du beurre, du sel, et un bon petit pain à côté. Ca me suffit à être heureux. En même temps, j’adore aussi aller manger des plats plus sophistiqués au Japon.

– En vacances, es-tu plutôt découverte ou farniente ?

Je suis incapable de me poser. Donc dans un club de vacances ou un hôtel loin de tout, il faut toujours que je trouve un moyen de m’occuper, en faisant du sport ou des excursions. C’est difficile pour moi de rester sur place. Les vacances sont pour moi synonymes d’éloignement de tout, mais pas forcément de farniente.

– Plutôt « La mer » (Charles Trenet)  ou « La montagne » (Jean Ferrat) ?

« La mer », mais ça se joue de peu…

– Plutôt « il voyage en solitaire » (Gérard Manset) ou « les jolies colonies de vacances » (Pierre Perret) ?

« les jolies colonies de vacances », avec les copains, la famille… La totale ! Je ne suis jamais parti seul, de façon indépendante, sinon pour des raisons professionnelles, pour faire des émissions, etc.

– Quelles langues étrangères pratiques-tu ?

Je parle couramment le Français, l’Anglais et l’Hébreu. Je comprends un peu l’Espagnol et l’Italien, mais pas au point de le mettre sur mon C.V (rires) !

– Celle que tu aimerais apprendre ?

Le Russe ou l’Arabe.

– Dans quelles langues as-tu déjà chanté ?

j’ai chanté en Grec, Espagnol, Italien, Français, Anglais, Hébreu, Arabe… Je dois t’avouer que ne suis pas très fort en rétrospective me concernant. J’emmagasine peu de choses : je suis tellement intensivement dans le présent et l’action, que ce sont souvent les gens de mon entourage qui me rappellent les choses que j’ai pu faire dans ma carrière… 

– Et dans quels pays t’es-tu déjà produit ?

J’ai chanté en France, en Israël, en Grèce, en Russie, en Belgique, en Suisse, en Angleterre, au Maroc, en Tunisie, aux Etats-Unis, en Hollande… Là encore, je ne me souviens plus de tout. Surtout avec ma participation à l’Eurovision, j’en oublie certainement.

– Celui où tu aimerais chanter ?

J’ai beaucoup voyagé, mais je reste toujours ouvert aux voyages et à l’envie de découvrir des lieux. D’un point de vue professionnel, j’adorerais chanter au Carnegie Hall à New-York, ou au Royal Albert Hall de Londres, incontestablement.

– Quel est ton plus beau souvenir de tournée ?

Je ne pourrais pas répondre à cette question. Une tournée est une succession ininterrompue de moments forts. Chaque nouvelle date est une nouvelle expérience très intense qui surpasse la précédente. On brise des records tous les jours, c’est une claque permanente ! Ma plus belle expérience de tournée est simplement d’avoir le privilège d’en faire une…

– Ton pire souvenir de tournée ?

J’ai souvent raconté cette mésaventure. Il y a eu une panne d’électricité gigantesque en plein milieu d’un grand festival à Meschers-sur-Gironde près de Bordeaux. On a continué à chanter a cappella, et le public a tenu la chanson qu’il connaissait par cœur. Au final, on ne s’est pas démonté et grâce aux gens, on a transformé un moment difficile en un temps fort, qui m’a définitivement marqué, d’autant que c’était pendant ma première tournée.

– Le festival que tu n’as jamais fait et que tu aimerais faire ?

Peut-être les Francofolies de La Rochelle, où je n’ai encore jamais chanté, mais tous les festivals reprenant leur programmation de 2020, ce qui est tout à fait normal, ce n’est pas encore prévu cette année. Pour l’instant, j’ai simplement inauguré les premières Francofolies de Tel Aviv, avec Jane Birkin et Raphaël (en 2018).

– En tournée, es-tu plutôt « tour bus » ou « relais et châteaux » ?

Je n’ai fait que du « Tour bus » : j’adore l’ambiance avec les musiciens en tournée, et j’insiste toujours auprès des organisateurs pour rester avec eux et ne pas m’en éloigner. C’est très important pour moi.

– L’artiste étranger avec lequel tu aimerais faire un duo ?

Je dirais Imagine Dragons, puisqu’avec One Republic, c’est déjà fait. Et dans un registre plus doux et tranquille, Ed Sheehan ou Michael Bublé.

– Si tu devais faire une reprise, plutôt « Voyage, voyage » (Désireless) ou « Puisque vous partez en voyage » (Françoise Hardy / Jacques Dutronc) ?

« Voyage, voyage » que je m’amuse toujours beaucoup à chanter !

Propos recueillis par Eric Chemouny

Photos : Fifou (DR/ Warner Music France)

© les auteurs, les photographes, les artistes et JE SUIS MUSIQUE. L’utilisation et / ou la duplication non autorisée de ce matériel sans l’autorisation expresse et écrite de l’auteur et / ou du propriétaire de ce site est strictement interdite. Des extraits et des liens peuvent être utilisés, à condition que le crédit complet et clair soit donné aux auteurs , photographes, artistes et JE SUIS MUSIQUE avec une direction appropriée et spécifique vers le contenu original.

Un commentaire sur «  »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s