BENJAMIN BIOLAY

Le luxe du « Grand Prix »

En juin dernier, lorsque nous avions rencontré Benjamin Biolay, il n’était pas encore question d’une édition bonus de son « Grand Prix », l’un des albums de l’année, l’un des plus importants de sa carrière. Quelques mois après, alors que sa tournée est reportée à 2021, le chanteur s’est décidé à sortir cette fameuse édition, Deluxe, prolongeant les intentions de l’opus original grâce à un artwork toujours aussi soigné, constitué d’un livre et d’une nouvelle collection d’affiches illustrant les titres inédits. A notre tour de prolonger le portfolio que nous avions consacré à ce grand album avec ces nouveaux bonus…

6 mois après la sortie de « Grand Prix », disque en or massif, déjà écoulé à plus de 50 000 exemplaires, Benjamin Biolay s’apprête à sortir (déjà) une nouvelle édition agrémentée de 5 bonus inédits, enregistrés entre deux tournages en septembre dernier. Initialement prévue le 13 novembre, cette nouvelle édition a été reportée au 11 décembre, dans l’espoir d’un déconfinement autorisé.

Parmi ces bonus attendus, une reprise dont il nous avait déjà parlé lors de l’interview fleuve qu’il nous avait généreusement accordée (JSM 28) : « Tous les cris les SOS » de Daniel Balavoine, à contre-courant de l’éventail vocal que requiert le tube du chanteur disparu. Il racontait à JE SUIS MUSIQUE au sujet de cette chanson qu’elle était « vraiment réussie, je trouve, mais [elle] n’[avait] pas trouvé sa place finalement dans cette session ; ça n’aurait pas eu de sens, mais j’aimerais bien qu’elle sorte un jour, comme deux ou trois autres chansons. » C’est donc chose faite aujourd’hui. Comme le symbole des deux parenthèses confinées où le chanteur, muté en « jukebox humain » comme il s’est décrit, offre chaque jour des reprises brutes des grands standards de la chanson (dont « Tous les cris, les SOS », d’ailleurs, postée le 15 avril dernier) et dont nous avions parlé ici (JSM 26). Comme en témoigne sur Instagram, la légende l’accompagnant, cette chanson est beaucoup plus qu’une simple reprise : « Tous les cris les SOS. Du regretté Daniel Balavoine qui ne manquait pas de courage. J’ai toujours considéré que Hubert Mounier , Laurent Voulzy et Balavoine étaient nos meilleurs mélodistes et harmonistes (…) Mille pensées à ceux qui ont l’impression d’être le personnage de cette chanson . Nous sommes des millions dans le monde. Personne n’est seul dans sa solitude enfin je l’espère. »

Des 5 titres bonus, c’est le seul qui n’a pas fait pas l’objet d’une affiche originale comme celles qui avaient créé une belle surprise qualitative pour « Grand Prix » et indéniablement contribué à la qualité de l’objet proposé par le chanteur : 13 affiches graphiques illustrant les 13 titres de l’album que s’étaient répartis 4 artistes actuels (et que nous avions publiés ici dans une Galerie spéciale) : le plus connu d’entre eux, Mathieu Persan, à qui l’ont doit les célèbres affiches « Restez à la maison » lors du confinement qui ont fait le tour du monde et trois autres artistes qui n’ont rien à lui envier question talent, et aux styles bien distincts : Riki Blanco, Thomas Ayman et Lola Beltran.

Aujourd’hui, 4 nouvelles affiches viennent donc s’ajouter à la collection, représentant les 4 nouveaux titres de l’édition Deluxe : « Rue Saint Louis en l’Île« , un duo avec Juliette Armanet alors en pleine préparation de son deuxième et très attendu album, a été mis en image par Thomas Hayman qui également illustré un des autres inédits « L’amour, le tennis » ; Riki Blanco a magnifié la chanson « Je reviendrai » et si Lola Beltran manque cette fois-ci à l’appel de ces inédits (elle avait déjà réalisé 4 illustrations vs 3 pour les autres), c’est Mathieu Persan qui signe le graphisme du dernier bonus, « Parc Fermé« , un second duo, avec Adé cette fois-ci, la chanteuse de Thérapie Taxi dont le titre a été dévoilé le 20 novembre.

S’il n’est pas prévu de format vinyle cette fois-ci, le chanteur a privilégié un long box comprenant en plus du CD des 18 titres, un livre de 80 pages incluant les paroles des différentes chansons, toutes les illustrations, des photos et des infos exclusives sur l’enregistrement de l’album et le tournage du clip.

Dans le sillon de cette édition Deluxe, Benjamin Biolay complète son panier surprise avec une nouvelle affiche collector de « Ma Route » signée Mathieu Persan (qui avait déjà réalisé la première), un nouveau single sorti le 13 novembre, « Comme une voiture volée », date initialement prévue pour celle de cette édition Deluxe, d’un puzzle collector de « La roue tourne » (toujours de Mathieu Persan) la diffusion sur Canal + d’un concert ultra privé mais surtout d’un documentaire de 60 minutes réalisé par Matthieu Jaubert et Laurent Jaoui, foisonnant de rencontres et d’expériences illustrant son admiration pour la Formule 1, « Court Circuit ». De quoi nous faire patienter en attendant un nouveau tour de piste en mode deluxe et la tournée qui verra (on l’espère) le jour en 2021.

Hasard ou coïncidence, avec les sorties quasi-simultanées de l’affiche alternative de « Ma route », du puzzle de « La roue tourne » et du premier extrait dévoilé avec « Parc Fermé », c’est l’œuvre de Mathieu Persan qui est mise en avant. Autant de raisons pour nous de vouloir en savoir plus… Dans un entretien exclusif qu’il nous a accordé, l’illustrateur du moment évoque longuement, et pour la première fois, les secrets de fabrication de son travail pour « Grand Prix » et ça se passe en cliquant ici

Gregory Guyot

Crédit photo page de gauche et article : Marta Bevacqua (DR / Polydor / Universal Music) & DR // Crédit des oeuvres : Thomas Hayman et Riki Blanco représentés par l’Agence Valérie Oualid / Mathieu Persan (DR) – reproduits avec l’aimable autorisation de Polydor / Universal Music – reproduction strictement interdite (DR/ Polydor / UM)

Aucune autre utilisation n’est permise. Ainsi, aucune publication ne pourra être faite sur des comptes tiers, ni sur d’autres sites web ou autres support de quelque nature, ni sur une nouvelle publication sur le même site. Aucune altération de l’image ni détournement de son contexte ne sont autorisés. Aucun transfert de cette autorisation à un tiers n’est possible, et la photo ne peut pas être utilisée à des fins professionnelles, commerciales ou promotionnelles, ni à des fins de propagande politique ou autre.

Laisser un commentaire