JULIETTE GRÉCO

Adieu Jolie môme…

Elle était la dernière grande icône de la grande chanson française, muse inspirante, femme amoureuse, libre et libérée, élégante et délicate, en avance sur son temps, modèle pour toutes les générations, Juliette Gréco était une légende vivante en France et à travers le monde et désormais éternelle. Une voix unique et reconnaissable entre toutes qui lui a permis d’être à l’écran une troublante « Belphégor » mais surtout l’interprète rare des plus belles chansons françaises, de « La Javanaise » à « La chanson des vieux amants », de « Jolie môme » à « Déshabillez-moi » que nous avons humblement utilisée en questionnaire clin d ‘œil dans nos pages digitales. Elle avait fait ses adieux sur scène en 2015 et pour toujours ce soir-là, à 93 ans. Si la grande majorité des personnalités comme Pierre Lapointe, Lou Doillon, Benjamin Biolay, Nolwenn Leroy ou Etienne Daho a choisi la force d’un émoji pour rendre hommage à la muse de Saint-Germain, comme un coeur noir accompagné d’un simple portrait, d’autres se sont exprimées avec des mots, avec émotion. Florilège…

« Un soir d’automne » – Pierre & Gilles – 1999

Pierre, de Pierre & Gilles : « bonjour tristesse 💔 un soir d’automne … #pierreetgilles 99 »

Gilles, de Pierre & Gilles : « adieu Juliette. 🍂 Un soir d’automne 🍁 #pierreetgilles 1999 »

Abd Al Malik : « ma Juliette éternelle… Moi et ma grande gueule, je n’ai plus les mots… Comment faire sans toi maintenant ? » et à ses obsèques à l’église Saint Germain des Prés : « Tu nous as donc appris à nous libérer. À aimer les autres et à s’aimer soi-même. Juliette, notre amitié est éternelle ».

Serge Lama : « elle était glacée comme un lac, brûlante comme la braise. Elle était la plus que vivante quand elle vibrait sur scène. Elle disséquait admirablement ses chansons, les mettait en scène. On eut dit qu’elles étaient d’elle. En les créant, elle leur donnait la vie, mais hélas la Camarde de Brassens frappe à coup sûr. Madame Gréco, une intellectuelle ? Elle vous aurait ri au nez. Non, la qualité était son maître-mot. Elle m’a fait l’honneur de me chanter. J’aurais volontiers œuvré davantage pour elle, des malentendus se sont mis en travers de nos routes. Et Brel a eu l’élégance de lui offrir son ultime album. Elle est le témoin d’une époque où l’intelligence était aux commandes, une époque qui semble nous quitter. Elle emporte avec elle ses secrets et une part de nous-mêmes. Bon sommeil, Madame ! Vous qui aimiez la vie à la folie, qui fûtes l’une des premières femmes libres. Je vous souhaite un bel au-delà. Bonne nuit, jolie môme ! »

La Grande Sophie : « Il y a quelques années j’ai ouvert la soirée avant Juliette Gréco. C’était à Narbonne la ville de Charles Trenet. Quand Juliette Greco est montée sur scène accompagnée par son mari au piano, mes musiciens et moi sommes restés de chaque côté de la scène pour la voir de plus près.
Je regardais chaque geste de ce corps frêle habité par les textes de ses auteurs qu’elle ne manquait pas de citer. Je fixais sa gestuelle et son attitude. Je savourais son concert et tant de rareté jusqu’à la dernière note. Quand elle est descendue de scène je me suis approchée pour lui dire merci. Le vent a balayé ses cheveux sur son visage, d’un geste vif elle les a dégagés et m’a répondu : C’était Rock !
Merci madame Gréco, j’écouterai toujours: « Un petit poisson, un petit oiseau » je l’aime tellement cette chanson. Au revoir, j’espère que là-haut ce sera « Rock » « 

Line Renaud : « Juliette Gréco s’en est allée et Saint-Germain des Prés pleure sa muse. Elle était une femme infiniment libre, la diseuse des poètes. Je pense très fort à elle ce soir. »

Carla Bruni : « Je vous aimais tant Juliette Gréco 🙏🌹#joliemome »

Olivia Ruiz : « Juliette, mon cœur est lourd mais il s’allège en pensant à celui de Gérard qui frétille de te retrouver. Nino me fait te dire : Amuse-toi bien Juliette au paradis ! Il est aussi canaille que toi.
Merci mademoiselle. Pour tout. »

Patrick Bruel : « Au revoir sublime Artiste…🖤 »

Vincent Delerm : « avoir eu cette chance de chanter pour vous Juliette. »

Miossec : « Madame. »

Gauvain Sers : « libre, élégante et engagée 🖤😢 merci madame Gréco »

Sheila : « une autre grande artiste s’en va… Un mois de septembre pourri pour nous tous. On vous aimait beaucoup. Adieu Madame »

Elodie Frégé, cite la chanteuse : « Je suis un animal sauvage, totalement impropre au dressage. / Je suis arrivée comme ça, je partirai comme ça. [ Juliette Gréco – pour toujours ] »

Juliette Binoche : « JULIETTE GRÉCO. Chanteuse française . La denière fois que je l’ai vue sur scène, elle était la femme la plus sensuelle et ses gestes semblaient danser, elle avait 85 ans. Puis, son intelligence et son authenticité m’ont subjuguée lorsque je l’ai interviewée. Je crois que mon père l’aimait et qu’il a choisi mon nom pour ça. »

Le Studio Harcourt , dont elle était l’une des figures photographiées iconiques : « une grande dame s’en est allée… »

Michele Bernier : « merci madame… intelligence et grâce. »

Lola Lafon :  » Même mortes, les femmes n’ont pas le droit de vieillir. Mais vous ne vous êtes jamais souciée des usages ni des normes. Merci pour tout ». 

Didier Varrod :  » Merci infiniment de nous avoir appris à dire non, d’avoir risqué toute votre vie l’imprudence et l’intranquillité. Merci de m’avoir ouvert votre cœur jusqu’au bout. Vous allez tous les réveiller là-haut… je vous embrasse comme je vous aime… »

Nikos Aliagas : « la chanteuse Juliette Gréco est décédée… Paix à l’âme de cette grande dame… »

Stephane Bern : « c’est avec une infinie tristesse que j’apprends la disparition de Juliette Gréco, grande dame de la chanson française, une figure iconique de Saint-Germain des Près, une femme libre, à la fois forte et douce. Je la pleure sincèrement ce soir et pense à sa famille et ses proches. »

Jean-Pierre Foucault: « un soir à Sacrée Soirée j’ai reçu Paul Mc Cartney.. en le raccompagnant à sa loge nous sommes passés devant celle de Juliette Gréco. « S’agit il de celle de St-Germain des prés ? Je peux la voir ?..» Ils sont restés 1 heure à parler. Paul a réalisé un rêve. Juliette était heureuse.

Pascal Nègre a posté sur Twitter, une photo de Juliette Gréco avec Mylène Farmer et puis dans un autre message : « quelle chance et quel honneur de vous avoir accompagnée pendant une partie de votre magnifique carrière ! Que de rires d’émotions de bons moments ».

Jacqueline Franjou, créatrice du Festival de Ramatuelle et amie de longue date : « on a tout dit de toi. Femme fatale, femme passion, femme secrète, sphinx, élégante, distante, curieuse, moqueuse. »

Emmanuel Macron : « elle était l’élégance et la liberté. Juliette Gréco a rejoint Brel, Ferré, Brassens, Aznavour et tous ceux qu’elle interpréta au panthéon de la chanson française. Son visage et sa voix continueront à accompagner nos vies. La « muse de Saint-Germain-des-Prés » est immortelle. »

François Hollande : « Juliette Gréco aura précédé et accompagné les grands mouvements de la société française. Pour la liberté, elle aura chanté les plus grands auteurs, interprété les plus grands rôles, partagé les plus grands textes. Son départ tranquille signe une vie trépidante et exaltante. »

Julie Gayet : « nous n’oublierons pas ce dernier adieu de Catherine Ringer à Juliette Gréco… la voûte étoilée de l’église de Saint-Germain des Prés résonnait… tous en chœur nous chantions. »

Ségolène Royal : « au revoir notre «jolie môme» Juliette Gréco, à la voix de reine, fidèle des Francofolies en région où je vous ai reçue le 13 juillet 2005 et vous aviez commenté avec passion l’exposition de photos retraçant votre vie tellement libre d’amours et de joies intenses. »

Jack Lang : « Au revoir Juliette Gréco. »

Gregory Guyot

Crédit : œuvre « Un soir d’automne » de Pierre & Gilles (1999) – avec leur amicale autorisation / Photos Juliette Gréco au Théâtre du Châtelet le 8 février 2012 par Grégory Guyot (DR/@i_am_Gregg / JSM)


JULIETTE GRECO

de lumière et d’ombre

Sur scène, elle stupéfiait par sa voix, ses mots, sa prestance, son regard et ses gestes qui incarnaient littéralement chaque interprétation avec délicatesse et magie. Nous avons illustré ces quelques témoignages, par le nôtre en forme de souvenir photographique, exclusif et inédit, de lumière et d’ombre. En guise d’ultime post scriptum, quelques images ultimes de la grande dame en noir, au moment de ses au revoirs qui n’étaient pas encore des adieux…

Crédit photos : Juliette Gréco au Théâtre du Châtelet le 8 février 2012 par Grégory Guyot (DR/@i_am_Gregg / JSM)

Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur 
Instagram / Facebook  / Twitter / Deezer  / YouTube / Pinterest

_

« Je Suis Musique » est une marque déposée.
Pour nous contacter : Ericjesuismusique@orange.fr / Greggjesuismusique@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s