JULIEN DORÉ

(re)vient au monde…

Depuis qu’il a prononcé ses au revoirs émouvants sur la scène de l’Olympia, le 23 juin 2018, Julien Doré s’était effacé, jusque dans ses tweets mordants, retranché comme un loup secret, renouant avec sa vie très privée. Il avait alors prévenu qu’il reviendrait quand il aurait des choses à dire. A l’aube d’un été qui semble avoir déjà commencé, le loup est sorti de son mutisme avec ces choses à nous dire…

La rumeur avait couru depuis plusieurs jours dans le cercle de ses fans assidus, mais c’est le jour même de son grand retour, tôt le matin ce jeudi 25 juin 2020, que Julien Doré l’a annoncé officiellement avec un nouveau single, « La fièvre ». Même Columbia, sa maison de disque, avait presque été tenue à l’écart de ce secret bien gardé. Et c’est par ces mots, ce message envoyé quand le soleil n’était pas encore levé, qu’il est venu annoncer son retour dans le Monde :

« Mes amis, Ce fut long, précieux, inspirant. Frais & heureux comme un alpaga. Me revoilà. Vous m’avez manqué, vous le savez. Mes silences en disent souvent bien plus que les faux-semblants usuels de cette époque. Par besoin, par envie & pour tout ce que je vous prépare par amour. J’ai su me taire. Par respect aussi. Ce soir à 19h, Je vous confierai La Fièvre, 1er extrait & 1er clip de mon futur nouvel album. Je prendrai volontiers la température de chacun d’entre vous au fil de ces quelques heures d’attente si vous en ressentez le besoin. Avec délicatesse & gestes barrières. Sachez enfin que si je reviens, c’est parce que j’ai des choses à vous dire, & certainement pas pour caresser mon ego ou redorer mon blouson (oui, blouson). Je ne suis plus ici aujourd’hui pour sur-exister dans quoique ce soit, mais pour comprendre pourquoi j’existe parfois à vos yeux. Le monde a changé. Regardons-nous. Écoutons-nous. Je tends l’oreille et le thermomètre. Bisou puissant. Sincèrement. Juju ♡ « 

L’événement est de taille pour cet artiste qui a battu des records en mode crescendo depuis son premier album « Ersatz », il y a douze ans déjà, réussissant l’exploit assez rare de continuellement élargir son public, tout en gardant une intégrité à tout épreuve, jusque dans son travail, son exigence et sa musique. Jusque dans ses engagements aussi. Car ce retour s’accompagne d’une nécessaire prise de conscience qui fait passer l’homme avant l’artiste, l’action avant le succès annoncé, le message avant les sentiments…

Depuis 2007, depuis la Nouvelle Star et cette faveur de l’automne, Julien Doré ne s’était pas ménagé avec 5 albums studios, 5 tournées qui ont façonné son image, autant que son intégrité avec un apprentissage méthodique du métier qui lui ont permis d’être de plus en plus exigeant avec lui -même, comme avec le cercle fermé des gens qui l’entourent. Car malgré son air un peu débonnaire et nonchalant, se cache en réalité un acharné du travail, s’appliquant minutieusement à peaufiner chaque détail, à tailler ce diamant brut et souvent sauvage, en cadeau impeccable livré à son public, et comme aujourd’hui, avec « La fièvre », à une autre sphère… les puissants.

Après un palmarès remarquable et exceptionnel dans une industrie musicale en panne de grands succès, Julien Doré avait refermé le premier volet de sa carrière, alors en pleine apogée, à la fin de la promotion de « & », sa tournée monumentale, ses 2 Accor Hotels Arena sold-out, dont le dernier a été diffusé en direct sur TMC (suivi par plus de 700 000 personnes), consécration ultime d’un album qui s’est inscrit dans l’histoire de la chanson française, vendu à plus de 600 000 exemplaires (auxquels il faut aussi ajouter 150 millions de streaming), prolongé rapidement par l’album acoustique « Vous & moi », post-scriptum d’une longue lettre d’amour entre lui et un public de plus en plus multi-générationnel, accompagné lui aussi d’une tournée plus intime, point d’un départ sur la pointe des pieds.

« & » venait remettre une couche sur l’immense succès qu’était déjà « Love » (2013) et ses 500 000 exemplaires vendus, ses 100 millions de streaming, ses 180 dates complètes qui en faisaient presque oublier deux premiers albums déjà très remarquables et totalement réussis (« Ersatz » et « Bichon »).

Ce soir du 23 juin 2018, Julien Doré qui clôt la dernière chanson de la dernière date de son tour de chant « Vous & moi », annonce très ému sur la scène de l’Olympia, la main sur son cœur et la gorge serrée : « Je reviendrai quand j’aurai des choses à vous dire » avant de s’éclipser derrière le grand rideau rouge et de disparaître quasi totalement, y compris médiatiquement. Retour à soi, retour à lui, sublime et puis… silence.

C’est dire si ce retour est important pour cet homme perpétuellement empli de doutes et qui, une fois encore, va devoir relever son plus gros défi, celui de se jeter dans la fosse aux lions et de se livrer, fébrile, à un public envers lequel il s’exige d’être toujours à la hauteur, avec ces fameuses choses à leur dire.

Délaissant ainsi les histoires de sentiments et d’amour, il dédie son retour à la Terre, au monde et à sa nécessaire guérison avec « La fièvre », premier single d’un album annoncé, clippé par son acolyte Brice VDH. Julien Doré y chante que « Le monde a changé, il s’est déplacé quelques vertèbres/ Où était l’ostéo ? Caché dans son dos, attendant la fièvre » comme l’une de ses bombes à retardement.

Immédiatement après sa mise en ligne, le single « La fièvre » a été beaucoup commenté et même égratigné sur les réseaux sociaux, bien qu’avec un peu de recul, il s’agisse de « pur Julien Doré », avec toujours ce décalage entre les paroles et la musique, qui finit par hanter et entêter : une mélodie en apparence légère, une modulation vocale qui lui est si personnelle et la gravité d’un engagement assumé dans le texte, appuyé par un clip aux multiples références à son univers (les paysages du Sud, les visages masqués, les chiens loups, les ralentis, la route, le vent, ce décalage lynchien de la banalité du quotidien et du fantastique en filigranes…), qui distille des indices d’alerte à l’instar de cette tête-mappemonde, sans doute précurseur d’une suite audacieuse et d’un album à venir qui fera date… Malgré cette déception des premiers instants, assez palpable sur les réseaux sociaux, le titre a pourtant signé la meilleure entrée francophone de l’année en radio et s’est hissé directement à la 23ème place du classement certifié SNEP. En une semaine, il a déjà cumulé plus de 22 millions de contacts auprès des auditeurs des stations (source Muzicast) et le clip a été visionné plus d’un million de fois sur YouTube.

Qu’on se le dise, l’été sera chaud et « La fièvre » ne fait que commencer, qu’on le veuille ou non…

Gregory Guyot

Photos : Goledzinowski (DR / Columbia France / Sony Music)


JULIEN DORE EST MUSIQUE

Tout Julien Doré dans les archives JSM, ici :


Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur 

Instagram / Facebook  / Twitter / Deezer  / YouTube / Pinterest

_

« Je Suis Musique » est une marque déposée.
Pour nous contacter : Ericjesuismusique@orange.fr / Greggjesuismusique@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s