IDIR

Le déjeuner de l’amitié…

Il était une des figures majeures de la World Music et le porte drapeau de la culture Kabyle en France et partout ailleurs : Idir s’en est allé le le 2 mai dernier, à 70 ans, aussi discrètement qu’il avait vécu… A l’occasion de la sortie de son album de duos « Ici et d’ailleurs » en 2017, nous avions eu l’honneur de partager un déjeuner de l’amitié avec lui, dans le jardin d’un hôtel particulier parisien. Nous vous en offrons l’album souvenir, en guise de dernier hommage à ce grand monsieur de la musique…

On savait qu’il souffrait d’une maladie pulmonaire depuis de nombreuses années, et d’ailleurs les rumeurs annonçant sa disparition ont souvent couru dernièrement sur les réseaux sociaux, avant d’être démenties par ses proches. Et puis, cette fois, au matin du 3 mai dernier, c’était malheureusement officiel, Idir n’était plus, et laissait la communauté kabyle de France et de Navarre, mais aussi ses nombreux amis artistes, comme orphelins… Depuis, les hommages se sont multipliés de toutes parts, honorant certes son immense talent de songwriter, mais aussi et surtout ses qualités humaines, de simplicité, de générosité et de vraie gentillesse.

Né à Ait Yenni en Algérie le 25 octobre 1949, l’auteur-compositeur-interprète Hamid Cheriet de son vrai nom, avait à coeur, à travers ses chansons comme le tube planétaire des 70’s « A Vava Inouva », de véhiculer des messages de liberté, d’espoir et de fraternité, envers et contre tout. S’il a marqué volontairement une pause d’une dizaine d’années dans sa carrière, à partir de 1981, sept albums studio lui ont permis de renouveler la chanson berbère et de lui offrir une audience internationale.

Si bien qu’il était immensément respecté par ses pairs, et notamment les très nombreux artistes venus chanter en duos franco-kabyles avec lui sur l’album « Ici et d’ailleurs » paru au printemps 2017 : Charles Aznavour, Francis Cabrel, Patrick Bruel, Maxime Le Forestier, Grand Corps Malade, Bernard Lavilliers, Gérard Lenorman, Henri Salvador, Tryo, sans oublier sa propre fille Tanina, le temps d’un duo bouleversant « Lettre à ma fille », avec en bonus ses adaptations en Kabyle de  « La bohème » et « La corrida », en signe d’amitié et de passerelle entre les deux cultures…

Quelques uns d’entre eux, Fabien (alias Grand Corps Malade), Maxime Le Forestier, et Gérard Lenorman, lui faisaient l’amitié, le 16 mars 2017, par une belle après midi ensoleillée de pré-printemps, de l’entourer au déjeuner promotionnel organisé en son honneur, dans le jardin d’un hôtel particulier de la Nouvelle Athènes à Paris, autour d’un couscous et de pâtisseries orientales… Nous avions le privilège d’y participer, installés à la table de ce grand Monsieur et artiste hors-pair, simple, généreux, discret et toujours à l’écoute des autres…

C’est cette dernière image que nous voulions conserver de lui, et que nous souhaitions partager avec vous avec cet album de photos souvenirs …

Eric Chemouny  


Photos : Eric Chemouny (DR / JSM)

Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur 

Instagram / Facebook  / Twitter / Deezer  / YouTube / Pinterest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s