CHRISTOPHE

L’adieu au beau bizarre…

Il était le « Beau bizarre » de la chanson, artiste inclassable et pourtant d’une classe époustouflante, un des rares de sa catégorie à pouvoir flirter avec le succès populaire, sans jamais rien perdre de son aura ni de son mystère. Lui, le « dernier des Bevilacqua », le dandy flamboyant qui aimait tant l’ambiance trouble, silencieuse et inspirante de la nuit, a choisi celle du 16 au 17 avril pour tirer sa révérence en toute discrétion et nous laisser pour seule consolation de son départ, sa musique si singulière, à la fois kitsch et visionnaire, jalonnée de ses innombrables tubes, d’ « Aline » à « Succès fou », « Les marionnettes », « La Dolce Vita », ou « Les mots bleus »… Il avait beau de ne pas aimer les hommages, c’est une déferlante de déclarations d’amour qui a inondé la toile depuis cette triste nuit. Nous en avons sélectionné quelque unes, plus émouvantes les unes que les autres, qu’elles viennent de politiques, de gens des médias, d’amis ou d’artistes… En bonus, nous vous offrons l’album souvenir inédit d’un de ses concerts, à Mâcon en été 2014 : sur scène, au milieu de ses claviers, là où l’oiseau de nuit déployait ses ailes pour nous emmener en voyage hypnotique visiter ses paradis aujourd’hui à jamais perdus …

« Tristophe » par l’artiste Melody Leblond

Jack Lang : « Christophe s’en est malheureusement allé et avec lui, s’évanouit une forme d’insouciance joyeuse, de suprême légèreté. Ses mots bleus, ceux qui rendent les gens heureux, vont nous manquer. »

Franck Riester, Ministre de la culture : « Ses mots, ses mélodies et sa voix nous ont transportés, nous ont émus. Avec la disparition de Christophe, la chanson française perd une part de son âme, mais le bleu doux-amer de ses chansons est indélébile. Je pense à sa femme et à sa fille. »

Jean-Michel Jarre : « Christophe tu es parti ce soir .. et ce soir, ce sont les Paradis perdus.. on pense que les gens qu’on aime sont éternels et ils le sont, et tu l’es.. #christophe #le dernier des Bevilacqua. »

Michele Torr: « Il est parti . Prions et allumons des bougies pour l’aider à rentrer dans la lumière « 

Pascal Obispo : « Il était 20h36 au clocher de l’église… Un génie, un père, un frère, un ami au paradis perdu… Very sad song. »

Marie-Amélie Seigner : « Garde tout, surtout je t’habille d’un soir de ce parfum rouge évaporé de toi ; il m’a saoulé et j’aimais tant ça… / Ce regard de côté dans le bruit tranquille d’une machine à sous qui t’offrait ses rivières de pesetas je passe . / Personne ne connaîtra jamais nos voyages où tu me conduisais parfois ; c’est moi qui freinais./ Beau voyage mon Chris ❤️🌈🙏🏻🌹🌹 / Je t’ aimais je t ‘aime et je t ‘aimerai. « 

Elisa Point :  » Comme si la terre penchait un peu plus aujourd’hui vers une attraction mortifère le départ du dernier des Bevilacqua en saint Christophe des Paradis perdus là où le ciel n’a pas de préféré mais seulement des Mots bleus pour les Petites-filles du soleil en deuil Adieu Dolce vita en veste de soie rose ou en Beau bizarre au volant d’une œuvre d’art dépassant avec élégance sa légende le beau bizarre s’en va Voir derrière ses verres fumés si L’enfer commence toujours avec elles Señoritas sur la route de Salina sublimes trophées féminins pour accompagner sa voix d’outre-rêve et ses mélodies ultras charnelles L’existence si Dangereuse désormais se vit Comme un interdit dans le souvenir renouvelé de Ces petits luxes avec l’écho encore proche de sa présence au milieu des Vestiges du chaos. »

Chantal Goya & Jean-Jacques Debout : « Au revoir notre cher Christophe … Toi qui fus depuis ces années 60 un petit prince de Saint-Exupéry, qui nous a ému de tes belles chansons jusqu’au bout de ton vol de nuit … Tu resteras dans nos cœurs ce poète mystérieux aux refrains toujours près de nous. »

Sheila : « Aline » pleure, « les mots bleus » sont devenus gris… Un grand artiste vient de nous quitter. Il nous laisse ses chansons planantes qui nous feront toujours rêver… »

Hugues Vassal : « Il n’avait pas sa moustache de Viking et n’était pas encore une star lorsque sa chanson  » Aline » faisait rêver toute la France. Il a écrit des mots bleus pendant plus de vingt ans et m’a fait des peurs bleues lorsque il m’emmenait essayer l’un des ses bolides…que de beaux souvenirs. »

Pascal Nègre :  » Le vent d’hiver souffle en avril. J’aime le silence immobile D’une rencontre. Le dernier des Bevilacqua est parti rejoindre les paradis perdus. Merci pour ce bout de chemin inoubliable. RIP Christophe. »

Etienne Daho :  » PETIT GARS. Il y a quelques mois, Christophe m’avait invité à partager le micro avec lui sur « Petit Gars », une de mes chansons préférées de son répertoire. Un moment de belle musique partagé avec cet homme gentil et habité. Merci cher Christophe. Hasta la vista. E. »

Zazie :  » Un grand petit homme / Un beau mystérieux / Un melodiste exceptionnel / Un univers singulier / Tu avais chanté la chanson du vieux bébé pour notre projet Sol En Cirque pour l’association #SolEnSi / C’était magique / Au revoir , Christophe. »

Juliette Armanet : « ~ 🖤 . UN GRAND AMOUR . 🖤 ~ »

La Grande Sophie :  » Dans chacune de ces cases (ndlr. au sujet de la pochette de l’album « Aimer ce que nous sommes »), il pouvait raconter une histoire : un endroit, une personne, un son, un souvenir, un juke-box, un son, une voiture, une guitare, un son, un voyage, un quartier, un ampli, un son, avec ce phrasé unique qui nous fera encore voyager. Au revoir Christophe 🖤 »

Barbara Carlotti : « On a perdu un immense artiste, généreux, curieux et toujours dans son temps. Je suis inconsolable. »

Clara Luciani : « Deuil Bleu. La poésie perd un de ses derniers enfants et la France, un de ses plus grands artistes. On t’aime. Définitivement. »

Nolwenn Leroy :  » Une page bleue se tourne invisible, sans bruit. Le balancier de l’horloge inexorablement égrène les saisons de la vie… Si de tes mots bleus, tu criais « Aline, pour qu’elle revienne », la marionnette, mignonnette et la vie étaient une histoire d’Amour. Tu avais entendu la mer, comme un amoureux qui passe aux Paradis perdus et la Dolce Vita de l’océan d’amour. Tu es parti. Nous parlerons de toi……Adieu Christophe … »

Benjamin Biolay : « Je n ai pas les mots. Repose en paix . Chante là-haut avec ta voix qui était déjà celle d un ange 🖤🕊 »

Tim Dup :  » Cœur brisé. Que ton souvenir puisse longtemps bercer les cœurs, alors que tu t’élèves parmi l’escadre des oiseaux de nuit, aux larges plumes écarlates. Ceux qui sont doués d’élégance, d’humilité, de silence en soi. À la sortie de cette quarantaine, nous devions dîner et faire jouer les nappes sinusoïdales chez toi, de longues heures avant l’aube. Je tiendrai la promesse, les basses souffleront quand même, pour rappeler à la terre parisienne que chaque soir, Christophe électrisait le ciel. Douces pensées à tes plus proches. »

Jean-Louis Aubert : « Quelle tristesse, je pensais vraiment qu’on allait se revoir, Adieu Christophe, l’unique ! « 

Marie-Claude Pietragalla : « Mon ami, un homme et un artiste unique, d’une délicatesse et d’une grande élégance. À nos paradis perdus…Merci pour tout Christophe. Profonde tristesse … »

Julien Clerc : « Quelle tristesse de voir Christophe partir. »

Thierry Amiel :  » Triste d’apprendre le départ de Christophe. Vous savez quel incroyable porte-bonheur sont ces Mots Bleus pour moi. Je me revois petit, chanter sur le 45t d’ »Aline ». Jeune adulte, séduit par « J’aime l’ennui » et encore très récemment, redécouvrir « Les Paradis Perdus ». Nous ne t’oublierons pas. »

Patrick Bruel :  » Salut l’artiste…🎶 / 💔♣️♠️♦️ »

Loane :  » Ce matin le jour s’est levé au milieu d’un infini chagrin. Boby t’aimera pour toujours, les mots me manquent, tous ces moments magiques, précieux, uniques, de grâce et de musique partagés avec toi à tout jamais dans mon cœur. »

Diane Tell :  » On le voulait éternel, on le savait original, on l’aimait d’admiration et il nous aimait en retour. Sa vie de seigneur timbré, son appartement musée de Montparnasse, ses in-habitudes atypiques, Christophe était un humain personnage. En compagnie d’Aline en 1965 ou d’une vingtaine artistes de la nouvelle scène française sur son dernier album, un double sorti en 2019, il n’arrête pas, sa vie durant de nous attirer dans sa bulle. De nous tirer l’oreille vers lui. De nous présenter ses extases recomposées. Il y a de ces matins bleus. Apprendre ce 17 avril qu’on ne croisera pas Christophe en méditerranée cet été, c’est une journée qui commence vraiment très mal. »

Keren Ann : « Tu n’étais pas prêt à partir. Nous n’étions pas prêts à te perdre. C’est nul. You were a true prince. I love you. So long my friend « 

Léonie Pernet : « la 1ère fois c’était en 2013, avec Colin Russeil et Thomas Semence, on accompagnait Raphael pour sa tournée estivale, et le grand Christophe a déboulé en répète – c’était son invité magique pour le concert des Nuits de Fourvière qu’on devait préparer. Ce talent, cette précision, cette classe, et ce style ! Ça nous avait marqués, on en reparle souvent avec Colin, ce sont des beaux souvenirs dans une vie de musicien. Pensées à ses ami.e.s et ses proches Le Beau Bizarre, la classe éternelle. »

Sebatien Tellier : « Christophe était un génie ! La plus belle des voix. Il était mon héros. Ses chansons et son style ont façonné ma vie. On s’est souvent vus et on a souvent chanté sur scène ensemble, des moments hors du temps et magiques à chaque fois. Ses dernières tournées étaient magistrales… »

Grégoire :  » « Moi, je construis des marionnettes avec de la ficelle et du papier… » Je n’oublierai jamais ta douce folie et ta folle sympathie, tu manques déjà beaucoup. »

Georges Lang : « 1h45 du matin, je ne peux pas croire que Christophe nous à quittés, c’est trop triste. Je vais avoir du mal à m’endormir avec tous ces souvenirs qui vont refaire surface. »

Pierre Lescure : « Christophe est parti. Il s’est éteint en début de soirée à l’hôpital de Brest. Lucie, sa fille était près de lui. On pense à lui, à elle, à ses tous proches. On se connaissait depuis 1965. Une vie. Mais toutes et tous, nous avons des paroles et des refrains de lui. Sa voix unique. »

Michel Denisot : « Christophe est parti la nuit c’était le jour pour lui. Chagrin. »

Claude Sarraute : « Le vent d’hiver souffle en avril J’aime le silence immobile D’une rencontre. « 

Pascale Clark : « Dandy un peu maudit, tellement aimé. »

Christophe Dechavanne : « Holala…. Christophe… ne plus crier pour qu’il revienne. Sans voix. Tristesse totale. »

Audrey Pulvar : « Vos mots bleus, à jamais gravés. Merci Christophe. #RIP« 

Cristina Cordula :  » Je suis très triste de savoir que Christophe s’est éteint 😔 / La chanson française perd un peu de son éclat… / Nous restent ses mots bleus 💙 »


CHRISTOPHE de A à Z….

Dans le numéro 18 de JE SUIS MUSIQUE, nous avions dressé un portrait de A à Z de Christophe à l’occasion de la sortie de « Christophe etc. » Vous pouvez le retrouver en cliquant ici.


Eric Chemouny & Gregory Guyot

Crédit Photos : Daniel Millet (DR) / illustration originale « Tristophe » par l’artiste Mélody Leblond avec son aimable autorisation – Toute reproduction est interdite sans autorisation de son auteur. JE SUIS MUSIQUE remercie chaleureusement Daniel Millet et Melody Leblond.

Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur 

Instagram / Facebook  / Twitter / Deezer  / YouTube / Pinterest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s