ARCADIAN

La Cigale et les chics types

Après The Voice et deux albums déjà chez Universal Music, les trois garçons d’Arcadian se fraient doucement mais sûrement un chemin dans le paysage de la chanson française avec une humilité et une sympathie qui sont tout à leur honneur. Avec du talent aussi. C’est dans ce même état d’esprit qu’ils ont littéralement séduit la Cigale, dont la mémoire vive vibrera encore longtemps au son de leurs chansons reprises en choeur. Retour sur cette soirée simple et puissante…

Ça aurait pu être un concert de plus dans une salle de plus, opéré par des artistes markétés par une émission de télé et par une maison de disques en recherche de nouvelles stars, de nouveaux coups… ça aurait pu, mais ça n’ a pas été. Ça en avait la couleur pourtant, ça en suivait le chemin, mais celui des trois garçons d’Arcadian a pris d’emblée ce soir-là, une toute autre direction, en donnant à La Cigale la teinte d’une ambiance intimiste aux couleurs personnelles et néanmoins festives et fédératrices.

Dès le premier titre d’une setlist totalement euphorisante, « Les mêmes », les trois amis s’éloignent ainsi des affres du star system et laissent exploser leur amitié totalement palpable, associée à un professionnalisme remarquable qui bénéficie constamment au spectacle, au boeuf presque, qu’ils nous offrent, distillant en chacun d’entre nous un plaisir jouissif et un bonheur communicatif habitant le public du début à la fin de ce concert insidieusement surprenant.

Les titres s’enchaînent comme des évidences, comme autant de tubes, avérés ou potentiels : les plus connus, tels que les singles « Folie arcadienne », « Ton combat », « Petit à petit » ou bien sûr « Bonjour Merci » et qui n’ont rien à envier à d’autres, encore cachés dans les deux albums qu’ils ont déjà sortis, jusqu’à ce rappel en final bouleversant, où les trois amis descendent au milieu du public pour offrir une version acoustique d’ « Un jour ou l’autre ». En deux albums, le trio, formé par les sympathiques Yoann Pinna, Florentin Cabezon et Jérôme Achermann, a choisi et imposé un style léger pour aborder des sujets graves et très personnels qui se sont amplifiés sur le second opus, à l’instar de « Pas d’adieu » écrit pour leur jeune chef de projet, Mathilde, disparue tragiquement l’an dernier. Pas d’apitoiement sur la scène mais l’élégance des mots justes.

Oscillant entre les chansons du premier album dont ils reprennent 5 titres et l’intégralité des chansons du deuxième, le trio nous offre un prime medley assez bluffant en reprenant le « Bohemian Rapsody » de Queen, le « Come Together » des Beatles avant d’enchaîner avec leur reprise de Stromae , »Carmen » (présent sur leur premier album) qu’ils se sont totalement approprié.

Dans la salle, un public étonnant de fans bien sûr, ayant chanté du début à la fin chaque mot de chaque titre, beaucoup d’adolescentes amoureuses mais aussi des parents qui ont les accompagnées et plus étonant, des adultes, middle age venus écouter ceux qui semblent être de la trempe de quelques aînés référents comme Tryo ou Au p’tit bonheur, précurseur de cet esprit folk et festif. Arcadian partage avec eux, comme aussi certains groupes actuels dont Boulevard des Airs, un sens certain du rythme et de la fête, qu’ils s’appliquent en permanence à honorer, semblant relever le défi d’embarquer les gens. Pari hautement réussi : la Cigale survoltée est instantanément emportée.

Il est d’évidence que sans cette histoire d’amitié rare et de sincère entre les trois garçons, pas de magie sur la scène, pas d’euphorie juvénile et régénérative, pas de pont entre l’émotion et l’humain qu’amplifient les liens qui les unissent aux autres musiciens, habités, sur scène avec eux.

Par les temps qui courent, qu’il fut bon ce moment de partage, de petits bonheurs et de belles âmes dans cette grande folie arcadienne. Rare aussi, surtout en ces heures incertaines pour la culture et les concerts. Pourtant Arcadian est un vrai remède à la morosité, alors forcément on en redemande…

Gregory Guyot

Crédit photos: Gregory Guyot (DR / @I_am_Gregg / JSM)


Setlist 22.01.20. La Cigale : Les mêmes / Sables émouvants / Lassitude / Différent / Pas de modèle / L’homme que je suis / On est là / Cours / Ton combat / Pas d’adieu / Essayer / Medley ; Bohémian Rapsody – Come together – Carmen / Polaroid / Petit à petit / Où je serai demain / Bonjour Merci / Rappel : Folie Arcadienne / Un jour ou l’autre.


Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur Instagram / Facebook  / Twitter /Deezer  /YouTube.

2 réponses sur «  »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s