LOUIS CHEDID

« Tout ce qu’on veut dans la vie »

(Le Label / Pias)

C’est la première bonne nouvelle de 2020 : l’ami Louis est de retour !

Dans la foulée de ses camarades de promo, Alain Souchon, Maxime Le Forestier ou Michel Jonasz, et après avoir été respectueusement samplé par le très branché collectif Bon Entendeur (« Vive nous »), le premier papa du « Soldat rose », nous livre à son tour, « Tout ce qu’on veut dans la vie » (à paraitre le 28 février) : un album réalisé par Marlon B, fidèle à l’image de l’artiste, tout en bonhommie, en générosité, en douceur et en chaleur humaine, un tempérament et des qualités hérités sans doute de ses origines orientales.

On ne peut que s’en réjouir, tant après sa tournée familiale avec ses talentueux enfants, Matthieu, Ana et Joseph, et le bel album collectif qui s’en est suivi, on en avait presque oublié qu’en plus d’être l’illustre père de la méga star M, il était surtout l’auteur-compositeur de touchantes chansons devenues des standards intemporels de la chanson française, de « Anne, ma soeur Anne », à « Ainsi soit-il », en passant par les plus ludiques « Egoman » et « T’as beau pas être beau ». Sans compter ses talents de mélodiste ou de réalisateur de clips pour les autres (Françoise Hardy, Alain Souchon, Michel Berger…).

Ce très bel opus qui regorge de chansons profondes et porteuses de ces belles valeurs qui lui sont chères, devrait remettre les pendules à l’heure : à commencer par « Si j’avais su », la rumba d’ouverture, explorant des sonorités un peu nouvelles dans son répertoire, en passant par la Bossa Nova « La fille sur le banc »,  ou les plus classiques et toujours limpides « Ne m’oubliez pas » et « Chasseur de papillons ».

Sur des textes doux-amers, entre mélancolie et ironie, d’une simplicité et d’une précision toujours remarquables, Chédid se pose ici en vieux sage et distille ses leçons de vie avec humilité et bienveillance, comme autant d’appels à vivre l’instant présent, ne pas se laisser guider d’autres valeurs que celle de l’amour, sans jamais perdre de vue que nous ne sommes que des humains : « Redevenir un être humain », « J’ai toujours aimé aimer », « Tout ce qu’on veut dans la vie », ou « Dis-toi que t’es vivant » ne sont, à ce titre, que les échantillons les plus explicites de cette philosophie de vie qui – à 72 ans – est plus que jamais la sienne.

Mais c’est surtout lorsqu’il se fait plus introspectif et renoue avec l’enfance et ses fragilités, comme sur « Mon enfant intérieur », et jadis sur l’album « Bouc-Bel-Air », qu’il nous touche en plein coeur. D’autant que son interprétation et sa voix familière, sans avoir pris la moindre ride, n’ont jamais été aussi subtiles et sincères.

Bref, il nous tarde de voir ces petits bijoux de poésie et de pureté mélodique prendre vie sur scène …

Eric Chemouny

N.B : en concert les 25 et 27 mai 2020 à l’Olympia.


Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur Instagram / Facebook  / Twitter /Deezer  /YouTube.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s