PIERRE ET GILLES

Disco Kings !

Loin d’avoir cantonné leur production aux galeries d’art et aux pages glacées des magazines, le duo Pierre et Gilles a largement contribué à l’histoire de la musique de ces 40 dernières années, en émaillant la production discographique de leurs oeuvres originales et colorées, influant fortement sur le succès commercial de nombreux albums ou 45 tours, dont certaines sont restées iconiques d’une époque. En exclusivité pour la galerie JSM de ce spécial qui leur est consacré, ils en ont choisi 10, restées chères à leur coeur de grands amoureux de la chanson populaire et élégante… 

AMANDA LEAR

« Diamonds for Breakfast » (1980)

Amanda a été la première à nous demander de réaliser la pochette de son album. Elle avait vu des photos de nous dans Marie-Claire qui lui avaient beaucoup plu. On en était très heureux parce qu’on l’aimait beaucoup. Elle voulait quelque chose de très simple et avait pour références des pochettes de Françoise Hardy, qu’elle nous avait montrées. On lui a juste posé un diamant en guise de larme, sur un fond bleu… Nous ne l’avons photographiée qu’une seule fois, bien qu’à une époque nous ayons été voisins.


MATHÉMATIQUES MODERNES

« Disco Rough » (1980)

Edwige (Belmore) était une grande amie. Elle était tellement belle avec ses cheveux en brosse : c’était la reine des Punks et des années Palace… C’était une personnalité très sombre : elle aimait passionnément la vie, mais elle était aussi fascinée par la mort, et elle jouait de cette dualité. On a réalisé la pochette de son premier disque avec Claude Artaud, son musicien de l’époque… On a réécouté ses chansons dernièrement pour la préparation de l’expo : je trouve qu’elles ont bien vieilli… Elles ont gardé toutes leurs qualités de fraicheur, de modernité…


MARIE-FRANCE

« Je ne me quitterai jamais » (1982)

Marie-France est sans doute celle que nous avons le plus photographiée, depuis nos débuts avec « L’engrenage » en 1979, jusqu’à de nos jours avec «Le quartier Saint-François » , dans lequel elle jouait le rôle d’une chanteuse des rues. Nous avons réalisé plusieurs photos pour des pochettes de disques (n.d.l.r : dont une qui sert d’affiche à une prochain exposition à Cannes, consacrée au cinéma, à partir du 12 décembre).


LIO ET JACKY

« Tétéou » (1983)

A une époque, Edwige habitait en dessus de chez nous. Elle nous avait présenté Lio qui démarrait sa carrière. On est vite devenus amis et c’est devenu un modèle formidable pour nous, tant elle était belle, dans la joie comme dans la mélancolie. On a fait beaucoup d’images avec elle. A la période où elle sortait avec Alain Chamfort, on passait beaucoup de temps ensemble : on dinait tous les quatre, on regardait des films de Bollywood… Quand il a réalisé ce titre « Tétéou », Alain nous a demandé d’en faire la pochette… On en a fait plusieurs pour Lio dans sa carrière. Et comme souvent, c’est Fifi Chachnil qui en a fait les costumes. 


ETIENNE DAHO

« La Notte, La Notte » (1984)

C’est une de nos pochettes les plus connues et iconiques, qui nous a révélé au grand public, nous comme Etienne d’ailleurs. Elle nous lie pour toujours. Etienne est resté un ami proche que nous aimons beaucoup, comme artiste et comme personne. Nous l’avons photographié ensuite à plusieurs reprises…


MIKADO

« Naufrage en hiver » (1986)

On est devenus très vite de grands amis avec Pascale et Grégory. Ils gardaient même notre maison, et notre petit perroquet, quand on partait en voyage. On a réalisé toutes leurs pochettes de disques, et ce sont eux qui nous ont poussé à réaliser leur clip, « Naufrage en hiver ». D’autres ont suivi, pendant deux ans environ, dont plusieurs avec Mikado. On adorait les habiller, les coiffer, comme on joue avec des petites poupées… Ils étaient très inspirants.


INDOCHINE

« Tes yeux noirs » (1986)

Indochine nous a demandé de réaliser la pochette du 45 tours « Tes yeux noirs ». On les avait photographiés d’abord séparément. La séance s’est super bien passée et on en garde un très bon souvenir. Ils ont aimé la photo si bien que nous avons ensuite réalisé la couverture d’un livre qui leur était consacré (n.d.l.r : « Indochine » par Jean-Eric Perrin, éditions Calmann-Lévy). On a revu Nicola plusieurs fois depuis : il est vraiment adorable, et on est heureux de son succès, de voir comme il a su évoluer et renouveler son public… 


LES CALAMITÉS

« Vélomoteur » (1987)

Daniel Chenevez de Niagara nous avait demandé de réaliser la pochette de ce 45 tours qu’il produisait, et qui a rencontré un succès assez inattendu. C’étaient deux filles très sympas, très natures, qu’on a mises dans un décor champêtre, en leur prêtant nos chemises à carreaux : l’une rose, l’autre bleue… La chanson était très jolie, mais on ne les a pas  revues ensuite… Elles n’ont pas persévéré dans la chanson, et on ne sait pas ce qu’elles sont devenues…


SYLVIE VARTAN

« Toutes peines confondues » (2009)

En 2007, on se préparait à aller exposer en Bulgarie, et c’était pour nous l’occasion de refaire de nouvelles images avec Sylvie. On lui a proposé de poser et, comme toujours, elle était partante… On a fait plusieurs photos et quelque temps après, elle nous a demandé l’autorisation d’utiliser la première intitulée « Toutes les femmes ont un secret » pour la pochette de son album, et l’autre intitulée « De l’autre côté de l’amour », pour l’affiche de son spectacle. Il s’est trouvé par hasard que cette dernière photo collait parfaitement à une des chansons de l’album, « L’amour avec des sentiments »…  


FIFI CHACHNIL

« Love » (2019)

Fifi est une grande amie ; on se connait depuis longtemps. On a fait les 400 coups avec elle ; on est sortis jusqu’au bout de la nuit, et on a même défilé pour elle dans un cirque, pour lequel elle faisait des costumes. On l’a souvent photographiée au fil des années, et dernièrement, elle nous a demandé de faire la pochette de son disque. On était ravis. On aime beaucoup le musicien Jean-Pierre Stora, avec lequel elle travaille, et qui a beaucoup composé pour les films de Guy Gilles ou Gérard Blain… Il a écrit un album pour Jeanne Moreau, et nous avons appris dernièrement qu’il a même écrit une chanson pour Sylvie, « Comme une goutte d’eau ». Il a bien su traduire l’atmosphère des chansons de Fifi, où le vieux Paris et la quartier de Pigalle tiennent une place importante…


Propos recueillis par Eric Chemouny
Photos : Pierre et Gilles (DR) / pochettes originales illustrées pas Pierre et Gilles – Merci à Pierre et Gilles pour leurs confiance et leurs confidences – Pierre et Gilles sont représentés par la Galerie Templon.

Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur Instagram / Facebook  / Twitter / Deezer  /YouTube.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s