GEMME

« Retour durable de l’être aimé »

(BangBang & Beats / Believe)

Gemme est LE projet et l’album OVNI de cette fin d’année, kaléidoscope Electro Pop hybride et fascinant, imaginé par un homme, Xavier Jamaux, pour une armée de femmes de caractère. En tête, Elodie Frégé, qu’on aurait bien tort de continuer de réduire à la Star Academy et qui le prouve encore aujourd’hui, en est la figure ultra sensuelle mais aussi Helena Noguerra avec laquelle il avait formé le groupe Ollano (cf. le superbe album « Latitudes » en 1996), Nubia Esteban qui s’est laissée totalement séduire par le projet, Barbara Carlotti et sa voix suave, Loane, Aude Junker, Mohini et Alka Balbir mais aussi quelques hommes bien sentis donc Dominique Dalcan et Casey Spooner du groupe Electro hype Fisherspooner.

Précisément, Xavier Jamaux a fait converger dans ce projet, quelques unes de ses influences dans une collection de titres Electro Pop volontairement imprégnés de son eighties, sans être nostalgique pour autant, ce qui donne de la valeur à sa proposition, sorte de corne d’abondance de références prestigieuses comme Giorgio Moroder (sur « A jamais », dont on semble reconnaître une version ralentie de « The Chase » le thème du film de Alan Parker « Midnight Express » qui par ailleurs se termine par une réinvention de « Light Fire » des Doors) ou Elli et Jacno (sur « Fragile ») dans les compositions, Kylie Minogue ( sur le single actuel « le plaisir » avec un rappel de son mégatube « Can’t get You Out of My Head ») ou encore… Lio dans l’interprétation, première égérie frenchpop, dont l’ombre plane d’ailleurs sur beaucoup de titres, dont celui interprété par sa fille, Nubia, « Mort subite » ou encore celui de sa soeur, Helena : « A prendre ». Résultat : ce patchwork est une boîte à bijoux raffinée de sons et de voix, à priori disparates mais qui se marient au final fort bien.

Dans ces tubes Electro Pop, Xavier Jamaux insuffle une dimension souvent très cinématographique comme sur le titre éponyme de l’album « Retour de l’être aimé », bande son d’un film imaginaire indépendant international mélangeant les langues, ou sur « Le mystère » écrit par le romancier Grégoire Bouiller, où la voix de Xavier Jamaux est confondante de ressemblance avec celle d’un Yves Simon, nous emportant au pays des merveilles de Juliette.

De duos en trios, de solos en quatuors, il nourrit chaque titre de ses expériences passées, comme avec Jay Jay Johanson ou The Christian, réalisant ainsi un album à la production raffinée, choyant chaque chanson qui semble taillée pour danser comme pour aimer, et ouvrant aussi sur une dimension plus internationale, comme cette reprise (réinventée) chic et sensuelle de ce tube de 1992, « Sweet Harmony » de The Beloved que le groupe lui-même a salué, ou la participation de Casey Spooner du groupe mythique Fisherspooner, rois de l’Electro au début des années 2000, invité sur « Retour de l’être aimé » révélant l’ambition de cet album choral.

Totalement inspirés, tous les titres vibrent au son des voix singulières de leurs interprètes, habitées par des chemins de vie, des chemins de voix qui donnent l’agréable impression que ce voyage musical en bonne compagnie est passé beaucoup trop vite. Alors forcément, on aime Gemme.

Gregory Guyot

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s