LA GRANDE SOPHIE

« Cet instant »

(Polydor / Universal)

JE SUIS MUSIQUE aime LA GRANDE SOPHIE "Cet Instant"

Après « L’une et l’autre », le spectacle à deux voix qu’elle a conçu avec la romancière Delphine de Vigan, avec laquelle elle a tourné pendant plus de deux ans, La Grande Sophie est de retour avec un 8ème album.

Pour ce nouveau disque très attendu qu’elle a entièrement écrit et composé comme à son habitude, elle a choisi de se mettre en danger : tout d’abord, en composant tous les titres au piano et non à la guitare, un nouvel instrument dont elle ne dispose chez elle que depuis deux ans, et qui l’a naturellement conduite à explorer des motifs musicaux inédits et des mélodies différentes.

Sur le plan de la production, elle s’est aussi attelée à mêler acoustique et synthétique, afin de coller au plus près à l’air du temps et à cette sensation d’immédiateté dont tout l’album a fait son maître-mot, comme le laisse entendre son titre, « Cet instant », et ce cliché pris sur le vif et inattendu, signé du jeune Simon Kerola.

Pour ce faire, elle s’est entourée de nouvelles collaborations, Sayem, producteur Electro et Sébastien Berteau, avec lesquels elle a travaillé de manière interactive, pour atteindre l’effet voulu, avec toute l’exigence, l’élégance et le bon goût qu’on lui connait depuis ses débuts dans les 90’s. Entre autres expérimentations, la brillante song-writeuse s’est autorisée un instrumental (« Huis clos »), un émouvant piano-voix (« Où vont les mots ») et une poignante chanson a cappella clôturant l’ensemble, et jouant avec finesse d’un subtil effet miroir (« Sur la pointe des pieds »).

Pour autant, la LGS touch est identifiable dès les premières notes d ‘«Une vie», titre d’ouverture et efficace premier single extrait, avec cette voix claire devenue amie, au fil des albums, et cette formidable évidence mélodique qui n’appartiennent qu’à elle. A l’instar de cet avant-goût prometteur, il est beaucoup question du temps qui passe sur cet opus de seulement neuf titres, et d’urgence à vivre l’instant pour ne pas être rattrapé par les regrets destructeurs.

En dépit d’une certaine légèreté mélodique et d’une énergie débordante, « Tu ne me reconnais pas » sur les chemins différents qu’emprunte un couple après une rupture, « Hier » sur l’incapacité à vivre l’instant présent, ou « Cet instant » sur la difficulté à accepter son âge et se reconnaitre dans son propre miroir, sont des chansons introspectives d’une grande profondeur et d’une humanité renversante, installant LGS encore plus haut sur le podium de ces chanteuses qui font la fierté de notre chanson de qualité, tout à côté d’une Françoise Hardy, pour laquelle elle signait d’ailleurs récemment le tube « Le large ». Enfin, elle a choisi de braver sa pudeur naturelle, pour dédier une chanson à son compagnon, « Nous étions », magnifique hymne à l’amour et à la fidélité envers et contre tout.

Loin d’être mélancolique ou sombre, « Cet instant » – sans aucun doute un des meilleurs albums de Sophie – s’écoute dans l’urgence comme une vibrante invitation à célébrer la vie au présent.

Eric Chemouny

JE SUIS MUSIQUE 21 : Patrick Bruel, Sylvie Vartan, Clara Luciani, Maëlle, Ibrahim Maalouf, Corine, Marie-Flore, Thomas Fersen, Safia Nolin, Gilles Vidal et Discorama : Vincent Delerm, La Grande Sophie, Jeanne Cherhal, Alex Beaupain, Thierry Amiel, Fabien Martin, Serge Gainsbourg, Alain Souchon - JeSuisMusique.com

Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur Instagram / Facebook  / Twitter / Deezer  /YouTube.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s