CLARA LUCIANI

Une déesse sur l’Olympe…

S’il y a une salle qui marque la carrière d’un artiste, c’est bien celle mythique de l’Olympia. Aussi, nous ne pouvions manquer ce premier rendez-vous historique, le 12 avril dernier boulevard des Capucines, avec Clara Luciani pour fêter avec elle un évènement qui marquera d’une pierre blanche sa vie d’artiste déjà promise à une carrière lumineuse. D’autant que pour l’occasion, elle a réinventé son spectacle avec grandeur et flamboyance, mais aussi une douce et élégante humilité…

Il n’y pas si longtemps encore, Clara Luciani s’avançait timidement sur scène en première partie de ceux qu’elle admirait, de Benjamin Biolay à Juliette Armanet, essayant quelques unes de ses chansons auprès d’un public à conquérir, seule avec sa guitare.

Un album en or, une Victoire de la musique et un tour de France (et de Navarre, du Canada en Australie) plus tard, c’est enfin en « vedette » que Clara Luciani vient habiter l’Olympia, la salle ayant accueilli toutes les stars, quelques mois après sa première (autre) grande salle parisienne : La Cigale où elle avait convié Arthur Teboul et Juliette Armanet à chanter en duo avec elle. En écho, elle joue à nouveau la carte de la reconnaissance et de l’amitié avec deux autres invités, deux autres amis : Benjamin Biolay, celui qui lui a offert ses toutes premières parties, pour un « Bonnie & Clyde » langoureux à souhait, et Aurélie Saada (du duo Brigitte, cf. notre interview dans ce numéro) pour un « Déshabillez-moi », tout en féminité pudique et délicate.

Comme un relais évident, Clara offre sa première partie à sa soeur Ehla, devant des parents fiers de leurs filles. Le coeur rempli d’émotion, un peu plus encore ce soir-là, qui marquera l’histoire et la carrière des deux soeurs, ils ont toujours répondu présents à l’appel de la scène de leurs talentueuses enfants.

Après l’entracte, Clara Luciani entre en scène dans un nouveau décor inauguré il y a quelques semaines, plus flamboyant, plus ambitieux et pourtant toujours aussi sobre. A son image, à son envie. Elle offre ainsi un nouveau show pour ceux qui, nombreux, la suivent comme nous depuis ses débuts. Lumineuse, facétieuse, s’amusant de tout ce qui lui arrive, émue aux larmes devant des centaines de cœurs de papier portés à bout de bras par les fans, elle a gardé cette simplicité non feinte, cette franche et honnête sympathie naturelle, malgré l’artillerie lourde déployée autour d’elle, pour elle.

Sur scène, des tentures aux allures de vitraux d’une cathédrale gothique qu’elle a imaginées et dessinées, marquées de ses initiales, prennent la couleur de ses sentiments, au rythme des éclairages remarquablement orchestrés, donnant de l’ampleur à une setlist mêlant aux titres originaux de son album « Sainte Victoire » les inédits de sa réédition, parue en février dernier : « Nue », son nouveau tube au clip irrésistible qui renoue avec l’âge d’or des vidéos scénarisées des années 80, « Bovary » et « Mon ombre », mais aussi ses premières chansons telles que « A crever », ou le déchirant « Pleure, Clara pleure » et qui jalonnent un parcours déjà sans faute dans une discographie qui s’enrichit de jour en jour d’inédits comme »Cette chanson » ou « Folle ».

Pour parachever ce tour de chant absolument parfait, Clara Luciani réadapte deux titres : le désormais classique « La Baie » (de Metronomy) , dont l’enchaînement avec son méga tube transgénérationnel « La Grenade » est toujours aussi jouissif, et « Jean Bleu », la reprise de Lana Del Rey (« Blue Jean ») en version française, qui vient refermer l’un des plus beaux concerts du moment.

Couronnée d’un succès hautement mérité, après un passage au Printemps de Bourges en avril dernier, Clara Luciani poursuit actuellement sa tournée qui s’achèvera les 10 et 11 septembre prochain… à l’Olympia. Nul doute que d’ici-là, la route sera pavée de nouveaux triomphes…

Bravo, Clara, bravo !

Gregory Guyot

Setlist Olympia. 12.04.19. : Sainte Victoire / On ne meurt pas d’amour / Comme toi / A crever / Bovary / Eddy / Les fleurs / Nue / Mon ombre / Drôle d’époque / Dors / Pleure, Clara, pleure / Cette chanson / Monstre d’amour / Bonnie & Clyde (avec Benjamin Biolay) / Emmanuelle / La Baie / La grenade // Rappel 1 : Folle / Déshabillez-moi (avec Aurélie Saada) / La dernière fois // Rappel 2: Jean Bleu.

crédit photos: Gregory Guyot (DR / IG: @I_am_Gregg / JSM)


Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur Instagram / Facebook  / Twitter /Deezer  /YouTube.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s