ANGÈLE

Balance son clip…

Rares sont les artistes d’aujourd’hui qui réussissent l’exploit de plaire à toutes les générations, des enfants, aux ados jusqu’à leurs parents. Précédée d’une réputation des plus favorables avant même la sortie de son disque, Angèle n’en finit plus de cumuler les succès, de son album « Brol » aux salles de concert combles, de la scène des Victoires aux Zéniths de France, mais aussi grâce à des clips irrésistibles, comme en témoigne le dernier en date : « Balance ton quoi ». Reportage et photos d’un petit film qui va marquer l’histoire du clip.

Tout juste auréolée de deux Victoires de la Musique, une pour son album « Brol » et une pour son clip « Tout oublier », escapade loufoque avec son frère Roméo Elvis que n’aurait pas renié un Wes Anderson, Angèle va encore plus loin pour la sortie de son nouveau clip : « Balance ton quoi » qui explore encore une fois la vision cinématographique de ses chansons, succédant à des petits bijoux très léchés comme « Je veux tes yeux », « La loi de Murphy », « La Thune » ou « Jalouse » présentés comme des petits films du 7e art. Pour autant, « Balance ton quoi », réalisé par Charlotte Abramow, sa fidèle photographe à l’origine de son univers photographique coloré, va encore plus loin dans ses affirmations Girl Power.

Dans le prolongement de la vague #MeToo et de ses versions de plus en plus affinées et réfléchies et au moment où a été signée en France la pétition #FEMM par près de 700 femmes de l’industrie musicale, Angèle pointe du doigt avec « Balance ton quoi » les rôles de la justice et de l’éducation dans le combat pour le respect et l’égalité entre tou.te.s., né d’une irrésistible trinité féminine : avec Angèle et Charlotte Abramow, bien sûr, mais aussi Ophélie Secq, amie et maquilleuse, le tout augmenté des trouvailles participatives de plusieurs autres personnes.

Comme à l’âge d’or des clips scénarisés des années 80, à l’instar de ceux de Bernard Schmitt avec son ami Jean Jacques Goldman par exemple, le clip marque une pause dans la chanson pour insérer une pure scène de comédie avec en guest star l’acteur Pierre Niney, avec un échange assez irrésistible, dans une scène de thérapie anthologique, sur la question pourtant importante et grave du consentement.

Aux côtés de Pierre Niney, d’autres acteurs se sont prêtés au jeu d’Angèle : Antoine Gouy, Manesca de Ternay, Elise Hollander, Michel Vivier, Marine Maiorano Delmas, Yonis Issa, Matthieu Ducrez, Virgile Gesbert, Claude-Emmanuelle Gajan-Maull, Angeline Verrier, Hermès Brasseur et Marius Yelolo.

Le résultat est un clip aux couleurs légèrement surannées, travaillées par la réalisatrice, et qui vient totalement se fondre dans la cohérence du projet « Brol » dont on voit bien aujourd’hui, au fil des clips, qu’il constitue une oeuvre qui dépasse l’audio et l’écoute. Cet ensemble de chansons et d’images liées faisaient les succès des grands albums des années Vinyles, de Michael Jackson à Jean Jacques Goldman, de Madonna à Niagara pour ne citer qu’eux.

Le clip très scénarisé s’ouvre sur un tribunal imaginaire avec une chambre dédiée aux affaires de sexisme où Angèle, joue tour à tour, la juge, l’avocate de la défense, la victime et la coupable. Derrière cette mise en scène, un message fort : le sexisme n’a pas de genre, d’âge, de milieu social ou de culture. Nous pouvons toutes et tous avoir des propos ou des comportements sexistes, le plus souvent à notre insu.

Le verdict se prononce en faveur d’une rééducation et les coupables sont envoyé.e.s en formation à l’« Anti-Sexism Academy », coaché.e.s par des « Feminist-in-progress », tou.te.s en apprentissage dans ce débat loin d’être clos. Ainsi se posent les questions importantes du genre, du harcèlement sexuel au travail ou dans les transports, du consentement, des jugements de valeur, des violences gynécologiques, de la dévalorisation des capacités des femmes à réussir par elles-mêmes, du droit de toutes les femmes …

« Balance ton quoi » marque déja l’histoire du clip avec plus de 10 millions de vues en moins d’une semaine et dans lequel Angèle et Charlotte Abramow se sont associées à la jeune marque de vêtements féministes « Meuf Paris » pour la création des uniformes de l’« Anti-Sexism Academy ».

Pour aller plus loin, la chanteuse a décliné une mini-collection capsule avec Meuf Paris proposant la vente des uniformes du clip, et dont les bénéfices seront entièrement reversés à deux associations féministes : « Centre 320 rue Haute » en Belgique, et « La Maison des Femmes x Saint-Denis » en France, lesquelles agissent en faveur des femmes victimes de violences.

Pendant ce temps, Angèle poursuit sa route sur le chemin du succès avec « Brol », certifié triple disque de platine avec plus de 300 000 albums vendus, et une tournée qui l’emmènera jusqu’au Zénith de Paris le 1er décembre prochain, là où, elle interprètera un « Balance ton quoi » plus explicite encore, histoire de mieux appuyer encore sur le sujet.

En cette période de réveil des consciences visant à stopper la marche des machos, les femmes des années 2020 ne pouvaient trouver meilleure porte-parole que la toujours pertinente et audacieuse Angèle !

Gregory Guyot

Découvrez le clip de « Balance Ton Quoi » ici:

Et voici le Making Of:

crédit photos: Manou Millon (DR/ Initials / UM)


Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur Instagram / Facebook  / Twitter /Deezer  /YouTube.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s