Un soir sur le Pont des Artistes avec

DAPHNE, HOLLYDAYS et MARISCAL

Si nous devions trouver des affinités avec JeSuisMusique dans la production audiovisuelle, nul doute que celles-ci se poseraient sur « Le Pont des Artistes », l’émission d’anthologie d’Isabelle Dhordain. Comme nous l’avions déjà fait pour « Foule Sentimentale », la référence radiophonique de Didier Varrod, nous nous sommes invités sur ce Pont des Artistes dans la petite salle du Triton aux Lilas, aux portes de Paris, avec un trio d’artiste enthousiasmant 100% JSM : Daphné, Hollydays et Mariscal pour un 29e numéro, déjà… 

Isabelle Dhordain aime à le rappeler, à nous, au public et aux artistes : ils sont tous passés par elle, par son Pont des Artistes. Ils ont (presque) tous commencé avec elle, dans son émission qui a vu le jour en 1988. Aujourd’hui, du son à l’image, elle investit le Triton de toute sa connaissance, de toute sa bienveillance, de toute sa passion pour l’émergence de nouveaux talents. Elle se délecte de les voir devenir si grands, et il n’y a qu’à voir ses yeux pétillants quand ils chantent devant elle, devant nous, un florilège de chansons choisies pour comprendre tout l’amour qu’elle porte à la chanson et à leurs auteurs interprètes.  

Diffusée de 1988 à 2013 sur France Inter le samedi de 20h à 22h, le Pont des Artistes a accueilli en 25 ans plus de 3 000 artistes qui se sont rencontrés, qui ont échangé, qui se sont confiés à la journaliste passionnée avec la création musicale au cœur de leurs discussions et qui, bien sûr, ont chanté, en direct, en public.

Parmi eux, beaucoup ont démarré avec elle, sur sa scène et tous sont restés fidèles au «Pont » : Clarika, Juliette, Angelique Kidjo, Yaël Naïm, Sanseverino, Vincent Delerm ou encore (et avant tout) : Dominique A. le grand parrain, celui qui fermé la session radiophonique en 2013 quand Isabelle Dhordain a dû se retirer pour raisons de santé marquant la suppression de l’émission pour renaître, 3 ans plus tard, en 2016, en version « télé », enregistrée au « Triton » des Lilas et diffusée sur la chaîne tv web « Tritonline » et, depuis octobre, sur ViaGrandParis (canal 34 de la TNT en IDF). Rendez-vous est pris tous les troisièmes jeudis de chaque mois.

Ce jeudi- là au Triton, comme on peut l’imaginer tous les soirs, on arrive un peu comme à la maison et la petite centaine de places réservée aux amoureux de la chanson se remplit petit à petit. On bavarde, on commente, on chronique, on s’écoute, on regarde le plafond et ses lumières en attendant que tout se mette en place. Et puis, Isabelle Dhordain arrive, souveraine sur son Pont des Artistes donc elle a façonné l’institution forçant le respect, non seulement pour sa remarquable longévité, mais aussi pour l’indiscutable qualité de sa programmation. Elle est sobrement érudite, follement passionnée, amoureuse contenue des mots, dévoreuse d’échanges avec ses artistes, ceux qu’elle aime par ce que comme elle le dit, les autres, elle ne les invite pas. Elle est comme ça, Isabelle Dhordain. Passionnée mais catégorique, franche, autoritaire et maternelle à la fois : un ton très personnel qui n’est pas pour déplaire à ses invités.

L’émission commence avec Daphné et sa chanson douce « Faîte à l’envers » suivie de l’engagée « Ultraviolet », que l’animatrice journaliste avait reçue « depuis le début, depuis 2005, depuis le 1er album», celui qui a « un parfum particulier » pour Daphné mais aussi « celui qu’elle aime le moins » dans une période d’incertitude et de doutes artistiques (nb. « L’Emeraude »). Quel bel écrin que ce Triton pour continuer de révéler les rêveries de son dernier album, le 6ème déjà,  « Iris Extatis » dont on a dit ici et souvent, à JSM, le plus grand bien. Elle, si rare, si précieuse, si fragile. Elle parle de son émerveillement permanent et des fantaisies qui habitent son album, d’Edith Fambuena, de Clermont Ferrand et de la France, et elle vient surtout annoncer de bonnes nouvelles : une tournée en formation piano-voix avec Etienne Champollion qui l’accompagnait ce soir-là. Elle promet même bientôt et un album, déjà prêt. « Ah la la, c’est horrible, vous allez être obligée de venir nous revoir » lui lance Isabelle Dhordain en plaisantant.

Elle est l’invitée principale, la femme à l’honneur, et reviendra à la fin de l’émission pour d’autres chansons délicates (« Le corps est un voyant », « Supercalifragilis » et « Resteras-tu amoureux ») comme pour envelopper de sa voix les deux autres découvertes à ses côtés : Hollydays et Mariscal.

L’émission est à la fois ce bouquet de chansons et des instants d’échanges, de questions-réponses déstructurées, toujours enflammées. Ainsi se prêtent à l’exercice Elise et Sébastien, le duo Electro chic Hollydays, né quasiment sur le Pont des Artistes à en croire Isabelle Dhordain, qu’elle avait reçu ici « avant même que soit sorti leur premier EP », en janvier 2017. Hollydays, reconnaissants et timides acquiescent puis se lâchent auprès d’Isabelle, conquise par le charme d’Elise et de sa voix « si particulière » . Ils présentent ainsi quelques chansons de leur album « Hollywood Bizarre », « un album fort sympathique » lance Isabelle : « Leo » pour commencer suivi de « Monsieur papa » et après l’interview, « On a déjà » et le déjà classique « L’odeur des joints », 4 versions acoustiques absolument bouleversantes, dénudées de leur couleur Electro. Hollydays annonce une tournée en Algérie et en France qui passera par Paris, à la Cigale, le 13 mars.

Enfin, pour respecter la trinité artistique qui fait la patte du Pont des artistes, Isabelle reçoit « le petit nouveau » et multi talentueux Mariscal : chanteur, musicien, bassiste, auteur, compositeur, danseur, réalisateur, ce nouveau talent de la Pop française est un homme de scène qui se lance enfin avec un premier album : « Plus le temps » qu’il a mis 8 ans à créer, un album pensé et mûri pour le son et pour l’image (8 clips habillent ses chansons sur scène).

Ce soir, Mariscal offre en toute simplicité et en toute élégance, quelques une de ses chansons. « Fier de sa solitude » et «Buvons », puis «Plus le temps » et « La rouille » , accompagné par Emilie Dau-Tricourt. « Au début, ça m’est un peu passé au-dessus, et puis j’ai réécouté une deuxième fois, je me suis dit, il chante vachement bien, et puis j’ai réécouté une troisième fois, je me suis dit, les textes ils sont quand même vachement bien, et la quatrième fois, j’avais que les mélodies dans la tête (…) et après, j’ai vu des images et je suis partie en voyage avec vous » : ainsi se résume dans cet aveu si sincère d’Isabelle Dhordain à Mariscal, toute l’intention très louable et noble du Pont des Artistes. Et puis, naturellement, elle rappelle que  son petit nouveau a fait les premières parties de … Dominique A. La boucle est bouclée et nous on applaudit…

Gregory Guyot.

Crédit photos: Gregory Guyot (DR / IG : @I_am_Gregg / JSM) – Gregory Guyot et Eric Chemouny remercient sincèrement Gregory Mariscal.

Retrouvez JE SUIS MUSIQUE sur Instagram / Facebook  / Twitter /Deezer  /YouTube.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s