Un soir aux 3 BAUDETS avec

MAUD LÜBECK,

ANTOINE BIENVENU

et GONTARD!


La formule n’est pas nouvelle : 3 artistes se partagent la scène le temps d’une soirée. Il n’y a pas de première partie ; il n’y a que des artistes qui viennent chanter à armes égales. On vient voir un artiste en particulier et grâce à lui, on en découvre deux nouveaux. Dans la salle des 3 Baudets au passé si riche, ce sont 3 artistes, 3 horizons différents, 3 propositions, 3 idées d’une certaine chanson française, écorchée vive, à fleur de souffrance et d’envies, en quête d’horizons qui habitent la petite scène de ce haut-lieu du quartier de Pigalle en cette soirée du 16 mai  : Maud Lübeck, Antoine Bienvenu et Gontard se sont ainsi passé le micro dans une atmosphère sombre et crépusculaire, où brillait cette petite lueur si exaltante des talents naissants.


banniere_divine_3baudets

MAUD LÜBECK

La jolie discrète

Dans l’attente de « Divine (Chroniques d’une rencontre) », son nouvel album à paraître à l’automne prochain, Maud Lübeck fait son entrée la première sur la petite scène des 3 Baudets. Seule au Piano, elle susurre ses chansons écrites autour du thème de la séparation et de la rupture, avec la pudeur et la réserve d’une grande discrète. Seule face à son piano noir, à peine éclairée par un filet de lumière qui traduit une timidité  assumée et palpable, Maud Lübeck hésite, s’excuse, se gêne, se reprend, se recroqueville sur ses notes. Bien à tort car elle réussit à nous embarquer dans sa mélancolie  et le sombre voyage de ses chansons qu’elle égraine avec élégance. Lorsqu’elle quitte la scène, trop vite, comme pour se cacher d’un talent qui éclate à nos yeux, le temps s’est suspendu sur cette jeune dame en noir.

Gregory Guyot

JSM Je Suis Musique 180516 MAUD LUBECK aux 3 Baudets par Gregory Guyot (1)

_

Setlist : Divine / Amoureuse / L’autre part / Cardiophonie / Ne me dis pas / A deux / L’absente / Cœur / Dernier Amour.

_

Crédit photo: Gregory Guyot (D.R./ @I_am_Gregg/ JSM) prises le mercredi 16 mai 2018, aux 3 Baudets.


ANTOINE BIENVENU

L’ange dandy

JSM Je Suis Musique 180516 ANTOINE BIENVENU aux 3 Baudets par Gregory Guyot (4)

Antoine Bienvenu est l’ange blanc de la nouvelle scène française. Généreux, Délicat et assuré, il est drôle et fin. Devant nous, il met à nu sa vie sans tabou, mais sans voyeurisme non plus. Il sourit de ses accidents, celui de son talon (il dit dans un sourire angélique : « ça fait mal, mais l’avantage : je prédis la météo ») et propose aussi des reprises, des duos, et des textes engagés dans un tour de chant inspiré, baigné de projections vidéos hétéroclites mais très précises, qu’il a travaillé en collaboration avec l’artiste Alexandre Malheiro, et qui embrassent un univers musical protéiforme et excitant. Les titres de sa setlist éclatée et aux multiples portes entrouvertes ont tous un point commun : une viscérale émotion pour l’amour, la vie et la liberté, comme pour ceux qui en sont privés.

 

Ainsi, dans cette collection de chansons de tous bords, il évoque Alex Beaupain qui lui a écrit une chanson noire sur sa vie heureuse – ce qui l’amuse beaucoup – ,  il invite La Grande Sophie pour un duo distancié par un grand écran d’images citadines pour « La nuit et le jour » l’un des titres de son nouvel EP, mais aussi la talentueuse et discrète Laurence Weber sur « Paloma », il projette Jeanne Moreau sur son écran pour « La voix d’or », superbe, il remercie dans une chanson originale les 3 Baudets où il aime tant venir chanter, il chante les horreurs de la Tchétchénie (« Grozny »), et il cite Michel Berger avec une phrase qui le caractérise : « si le bonheur existe, c’est une épreuve d’artiste », extrait de « Cézanne peint » qu’il reprend dans une version moderne et personnelle. Enfin, il referme cet éventail par une chanson de Sufjan Stevens empruntée au film « Call me by your name » « The Mystery of love », le temps d’un dernier partage bouleversant.

Sa voix tutoie parfois celle de Dominique A. , parfois celle du Polnareff aussi, quand il se fait lyrique en voix de tête, mais dont il se distingue pourtant parfaitement. Ainsi, malgré (ou grâce à…) une liste de chanson très différentes, Antoine Bienvenu compose un univers foisonnant, déjà très personnel, offert à toutes les promesses, comme guidé par une étoile bienveillante. A son image. A son talent. A son mérite.

Gregory Guyot

 

_

Setlist : Intro au piano / Très peu pour moi / Ton envie / Les pieds sur Terre / Paloma (en duo avec Laurence Weber) / Mare Sicuro / La nuit et le jour (en duo avec La Grande Sophie) / Pareil pareil / Cézanne peint / La voix d’or (Jeanne Moreau) / Grozny / Les Trois Baudets / The mystery of love .

_

Crédit photos: en noir et blanc : Gregory Guyot (D.R./ @I_am_Gregg/ JSM) / en couleurs : Camille Lançon (D.R.) prises le mercredi 16 mai 2018, aux 3 Baudets.


GONTARD

L’écorché vif

 JSM Je Suis Musique 180516 GONTARD aux 3 Baudetspar Gregory Guyot (5).JPG

C’est un artiste (?), un collectif (?), une bande de potes (?), une arnaque (?), un génie (?) totalement surprenant qui embrase la scène des 3 Baudets. Gontard tranche avec la timidité de Maud Lübeck et la délicatesse d’Antoine Bienvenu, le temps d’une prise d’otage musicale qui chante le doute, la solitude amoureuse, la vie provinciale, aux accents révolutionnaires, politiques, dans une fuite en avant, mêlée des mélancolies du passé, diatribes crues, expression d’une jeunesse désabusée, désamourée (« comment faire pour s’aimer ? ») qui grandit sans promesse, sans espoir, dans une meute post-adolescente qui fait violemment opposition au masque de lapin que Nicolas Poncet, aka Gontard, arbore.

Effrayante copie d’un Donnie Darko suicidé qui aurait facilement pu infiltrer un film de Gaspar Noé, ce masque dissimule en réalité un artiste totalement incarné et charismatique, avec une gestuelle hypnotique et jouissive dont les chansons parlées, déversées, contorsionnées, jouées, théâtralisées, magnifiées même, traduisent cette urgence de vivre envers et contre toutes les contrariétés de l’existence (la disparition du chanteur Jean Luc Le Ténia en 2011 est plusieurs fois évoquée). Ainsi, lorsque Gontard, originaire de Valence, lance « on a fait 7h de route pour 32mn de show aux 3 Baudets », tout est dit. L’urgence d’être là, de vivre, de survivre, de vendre du disque à la sortie, « de passer à la radio publique française » (à bon entendeur…), de montrer aux parisiens que la province c’est bien aussi, dans une un faux complexe d’infériorité.

Urgence d’exister quand ils s’offrent la liberté de rajouter 3 titres à leur setlist (… « alors qu’on a dit non à Antoine Bienvenu » dit Gontard). Et comment pourrait-il en être autrement, tant sa jeune discographie est déjà très prolixe ? Au-delà d’une apparente gaudriole de fin de soirée au fond de bars miteux qui transpirent l’alcool en refaisant le monde, Gontard et ses amis proposent un concert faussement chaotique et bordélique, maîtrisé par une rigueur musicale très dense qui mixe des milliers de samples pour instaurer une atmosphère cinématographique, soutenue par des textes forts sur lesquels  tout le monde en prend pour son grade, emportée dès le premier titre « Il Fiasco » (et cette question comme un constat : « Pourquoi personne ne me collectionne ? »), lequel ouvre d’ailleurs aussi leur nouvel album très réussi « Tout naît/tout s’achève sur un disque », sorti en mars dernier sur le label Ici D’ailleurs.

Gontard remue, et comme sous l’effet du syndrome de Stockholm, sa prise d’otage fait un bien fou.

Gregory Guyot

 

_

Setlist : Il Fiasco / La main tiède de la violence / Arcade Fire / Ostalgie / Cratère(s) / Alerte enlèvement / Real Doll / La saison des grands froids / Parkinson / Tout naît Tout s’achève dans un disque / Notre maison / Singapour

_

Crédit photos: Gregory Guyot (D.R./ @I_am_Gregg/ JSM) prises le mercredi 16 mai 2018, aux 3 Baudets.

JSM Je Suis Musique 180516 GONTARD aux 3 Baudetspar Gregory Guyot (3)

_

Cliquez pour en savoir plus sur l’histoire et la programmation des LES 3 BAUDETS .

Extraits: « Les Trois Baudets ont été créés à la fin des années 40 par Jacques Canetti (…)  D’un vieux dancing délabré, il crée une salle de théâtre qui sous son impulsion devient une extraordinaire pépinière de talents(…) Georges Brassens, Jacques Brel, Boris Vian, Guy Béart, Juliette Gréco, Raymond Devos, Serge Gainsbourg, Boby Lapointe, Henri Salvador ou encore Pierre Perret. (…) Elle devient par la suite successivement un sex-shop puis un cabaret érotique, et une salle de concert pop/rock du milieu des années 1990… (la suite sur le site…)

_
Poursuivez la lecture de ce numéro…
JE SUIS MUSIQUE #10 : Retrouvez tous les articles de ce numéro, en cliquant sur les artistes de votre choix… Bonne(s) lecture(s).
Maurane / Françoise Fabian / Sylvie Vartan / Charlotte Gainsbourg Juliette Armanet / Kumisolo / Brigitte / Véronique Sanson Florent Pagny / Pomme / Hoshi / Un soir aux 3 Baudets / Concertorama#10 : Julien Doré, Tim Dup, Eric Serra , Emily Loizeau / Discorama#10: Calogero, Charlotte Cardin, Mariscal, Coeur de Pirate, Pomme, Zazie, Arnold Turboust.
La passion pour la musique se partage. Je Suis Musique aussi. N’hésitez pas à partager nos articles et nos liens si vous avez aimé, si vous voulez faire découvrir un artiste, ou à nous laisser un commentaire, à liker, à vous abonner, à en parler autour de vous.

JSM 10 Je Suis Musique Bandeau sommaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s