Des Francos de Montréal au Zenith de Paris :

QU’EST-CE QUI FAIT COURIR VIANNEY ?


 

Décidément Vianney est sur tous les fronts !

Alors qu’il caracole toujours en tête des ventes d’albums avec son deuxième opus éponyme, et qu’il poursuit sa tournée triomphale (il sera au Zénith de Paris le 22 novembre prochain), il a été choisi pour chanter le générique du film « Le petit Spirou » , « Si on chantait », une chanson sans rapport avec la chanson de Julien Clerc du même titre, mais reprenant plutôt le fameux thème Gospel « Oh Happy Day » (en salles depuis le 27 septembre).

Pour couronner le tout, après avoir écrit pour Joyce Jonathan ou Céline Dion cette année, il figure au générique du dernier Julien Clerc (« A nos amours ») avec la chanson « La mère évanouie »,  et il est annoncé sur le prochain album très attendu de Louane.

Vianney_franco2017©Frederiquemenardaubin-3-2Vianney_franco2017©Frederiquemenardaubin-380

Histoire de célébrer ce sans-fautes dans la jeune carrière du chanteur, JeSuisMusique vous offre le portfolio inédit et exclusif de son concert aux dernières Francofolies de Montréal, le 12 juin dernier. S’il s’était déjà produit au festival Francophone l’année précédente en toute discrétion, c’est en star qu’il a été accueilli cette année (et pas seulement par un public de compatriotes français), encore tout auréolé de son statut de « chanteur de l’année » dans l’Hexagone.

Outre ses succès (« Pas là », « Je m’en vais »…), l’occasion était trop belle pour ne pas reprendre à son compte, en version acoustique, le titre écrit pour la star québécoise, « Ma force » qui prenait dans sa voix sur la fameuse Place des Arts de Montréal une toute autre dimension.

Vianney_franco2017©Frederiquemenardaubin-364

A noter enfin, qu’il était accompagné dans son voyage par l’équipe au grand complet de son label français Tôt ou Tard, le boss Vincent Frèrebeau en tête, à l’occasion de son implantation dans la Belle Province, mais également de ses camarades Vincent Delerm et Albin de la Simone. Tous trois ont d’ailleurs donné un showcase privé à quelques privilégiés québécois le lendemain, présentant leurs chansons respectives, et s’offrant un trio exclusif : « La vie ne vaut rien », d’Alain Souchon. Un moment rare !

Vianney_franco2017©Frederiquemenardaubin-3-3Vianney_franco2017©Frederiquemenardaubin-367Vianney_franco2017©Frederiquemenardaubin-371Vianney_franco2017©Frederiquemenardaubin-388

Enfin, c’est en toute humilité qu’il a assuré la première partie de Vincent Delerm, bien plus installé ici depuis 15 ans, dans le très beau théâtre Maisonneuve : une situation amusante dont chacun des artistes n’a pu s’empêcher de rire. « C’est ma dernière première partie ! » lance Vianney, tandis que Delerm lui-même s’avoue très fier d’avoir « un artiste triple disque de platine en première partie » !

(Eric Chemouny)

Vianney_franco2017©Frederiquemenardaubin-3-5

_

photos : (D.R / Spectra / Les Francofolies de Montréal)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s